Entreprise

La perspective du Brexit n'inquiète pas outre mesure le secteur aérien, en dépit du fait que Londres est le premier hub aérien dans l'Union européenne. L'Association internationale du transport aérien (Iata), qui réunit 290 compagnies aériennes d'une centaine de pays, ne s'attend pas à subir un impact majeur après le départ du Royaume-Uni du bloc. 

"Je suis sûr que les affaires se dérouleront comme d'habitude", a déclaré Akbar Al Baker, nouveau président du conseil d'administration de l'Iata et CEO de Qatar Airlines ('business as usual', en anglais, NDLR). "Il y aura un peu une tempête au début mais les choses se mettront en place. Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont besoin l'un de l'autre", a-t-il déclaré à la presse à l'issue de l'assemblée générale de l'association à Sydney.

M. Al Baker se dit confiant que le secteur ne subira pas les conséquences du départ du Royaume-Uni du giron européen.

L'aéroport de Londres Heathrow a accueilli plus de 76 millions de passagers en 2016, ce qui fait de lui le premier hub aérien pour le transport de personnes dans l'UE, suivi par l'aéroport Charles de Gaule à Paris. En 2016, 973 millions de personnes ont voyagé par les airs dans l'Union européenne, selon les statistiques Eurostat.