Entreprise

Décevants. Comme l’avait affirmé Carsten Spohr, le patron de Lufthansa, les résultats financiers de Brussels Airlines ne sont pas jugés à la hauteur côté allemand. Après le "big boss" du groupe de Francfort, c’est au tour du CEO d’Eurowings, filiale low cost à laquelle doit s’intégrer Brussels Airlines, de s’exprimer sur le sujet.

D’après Thorsten Dirks, la compagnie belge n’est ainsi uniquement rentable que sur ses vols long-courriers vers l’Afrique, sorte de "marché maison", selon les propos du dirigeant allemand. "Les vols court-courriers (NdlR : de Bruxelles vers des destinations européennes) de Brussels Airlines ne sont pas profitables, explique M. Dirks. Le nouveau management devra être attentif à cela car on ne peut pas se permettre de faire voler 40 avions (NdlR : sur un total de 50 pour Brussels Airlines) sur le court-courrier sans faire de bénéfice ?"

-> Brussels Airlines a dû baisser ses prix

-> Des synergies possibles au sol

-> D’autres marchés que Bruxelles