Entreprise

Comment les entreprises françaises présentes en Belgique voient-elles notre pays ? On a tendance à l’oublier, mais en dehors de ses limites géographiquement exiguës, on admire notre culture ouverte et bigarrée. Et certains peuvent même s’en servir comme test en vue d’un développement économique à l’étranger. C’est le cas des Français.

"La situation à Bruxelles est idéale pour les entreprises françaises qui veulent se développer au niveau international. C’est un bon test avant d’aller plus loin, explique Renaud Bentégeat, président de la Chambre française de commerce et d’industrie de Belgique et administrateur délégué de CFE (groupe actif dans l’immobilier, la construction, l’ingénierie marine ). Nous avons une communauté de langue qui facilite les choses mais, dès que l’on sort de Bruxelles, on arrive dans une région où la langue est différente. Les entreprises se rendent alors compte qu’elles doivent absolument s’ouvrir davantage à la maîtrise des langues."

Conséquence implacable : les liens franco-belges se raffermissent à Bruxelles. Même si, pour Renaud Bentégeat, on ne peut pas parler d’intégration de l’économie belge dans l’économie française. "La Belgique n’est certainement pas dépendante de l’économie française, ajoute-t-il. Au contraire, je dirais plutôt que les entreprises belges exportent mieux que les Français en raison tout simplement de la géographie du pays qui fait qu’il est absolument nécessaire de pouvoir sortir des frontières."

Signe de la popularité de Bruxelles outre-Quiévrain, les entreprises membres de la Chambre française de commerce et d’industrie sont de plus en plus nombreuses. "Nous aidons les grandes entreprises comme les PME à s’implanter en Belgique, ajoute Renaud Bentégeat. On leur offre par exemple une domiciliation pour faciliter leurs démarches et la création d’une antenne en Belgique. Actuellement, nous avons 170 entreprises membres, dont deux tiers de françaises. BNP Paribas, par exemple, ou encore Carrefour et Bouygues Immobilier. Inversement, nous avons aussi des sociétés belges qui souhaitent bénéficier de nos réseaux pour exporter ou s’implanter en France."