Entreprise Peur du risque, manque de temps,… les freins pour devenir business angels sont nombreux chez les femmes. A tort sans doute.

Business angel ? Le terme reste flou pour beaucoup. "Il y a 15 ans, quand on parlait de business angel on évoquait un homme d’une soixantaine d’années qui achevait sa carrière ou allait bientôt l’achever et qui pouvait investir des montants significatifs dans des projets. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Nous accueillons de plus en plus de jeunes et de femmes", note Claire Munck, CEO de Be Angels, réseau fondé il y a 18 ans, et du Women Business Angels Club. "Avoir des femmes business angels est essentiel pour deux raisons. Il faut tout d’abord diversifier la communauté des business angels. Les avis des hommes et des femmes sont complémentaires. Les femmes vont, par exemple, aborder des questions différentes, avoir un autre point de vue, un regard différent sur un dossier. C’est intéressant pour un jeune entrepreneur."

(...)