Entreprise

Trente-sept magasins en gestion propre de distribution Carrefour, dont 23 hypermarchés et 14 supermarchés, étaient en grève samedi matin, a indiqué le groupe Carrefour dans une mise à jour concernant les magasins fermés. Les travailleurs entendent ainsi protester contre le plan de restructuration du groupe. Les hypermarchés d'Evere, de Soignies et de Strombeek ont également décidé de fermer leurs portes samedi. Les hypermarchés de Mons, Jumet, Haine-St-Pierre, Gosselies, Casteau, Bomerée, Eupen, Fléron, Renaix, Middelkerke, Zwijnaarde, Kuurne, Mont-Saint-Jean, Auderghem, Waterloo Centre, Crainhem, Leeuw-Saint-Pierre, Berchem-Sainte-Agathe, Drogenbos et Malines Nord étaient déjà annoncés en grève.

Il en va de même pour les supermarchés de Scheepsdaele, Gand-Groene Vallei, Ostende Petit Paris, Courtrai Walle, Ans, Heusy, Cointe, Belgrade, Rixensart, Houdeng, Maasmechelen, Maaseik, Jette et Bruxelles Les Halles, selon la direction. L'ensemble des 508 magasins Carrefour sous franchise seront, eux, bien ouverts ce week-end pascal.

Des piquets de grève ont été placés devant les magasins fermés pour en bloquer l'accès. "Je comprends l'action des travailleurs pour les magasins concernés par une fermeture éventuelle. Pour les autres, c'est plus difficile à comprendre. Dans certains magasins, il y avait ce matin plus de volontaires que de grévistes d'ailleurs. Mais ils ont été empêchés de travailler à cause des piquets de grève, ce que nous déplorons", a indiqué le porte-parole du groupe Carrefour, Lars Vervoort.

La direction du groupe Carrefour demande de reprendre les négociations, redoutant les conséquences de ces actions. "Il faut s'asseoir autour d'une table et reprendre les négociations, c'est ainsi qu'on trouvera une solution. Pas en restant les bras croisés devant les magasins fermés", souligne M. Vervoort.

"L'impact de cette action est important sur la clientèle car on est samedi. Outre une baisse du chiffre d'affaires, nous pourrions également perdre des clients, qui sont amenés à aller faire leurs courses ailleurs aujourd'hui. Il existe un risque de ne plus les voir revenir...", conclut le porte-parole.

Carrefour licencie et ... embauche

Alors que la chaîne de grands magasins Carrefour a annoncé un plan de licenciement, le syndicat Setca a découvert la publication d'offres d'emploi à durée indéterminée pour un magasin de Waterloo, révèlent samedi Le Soir et les journaux du groupe Sud Presse. "Les annonces ont été aussitôt supprimées. La direction a invoqué une erreur. Soit c'est une maladresse, soit de la provocation", s'indigne Myriam Delmée, vice-présidente du Setca.

"Je comprends l'émoi de certains salariés, mais en attendant les résultats des négociations, il faut répondre aux besoins immédiats. Si ces 4 ou 5 postes devaient être pourvus dans quelques mois, les salariés auront bien sûr la priorité", se défend Lars Vervoort, porte-parole de Carrefour.