Entreprise

La ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, a adressé mardi un appel à toutes les parties concernées par le plan social annoncé par Carrefour afin qu'elles entament, en respectant et en appliquant les dispositions de la "loi Renault", un dialogue social ouvert afin de pouvoir dégager les meilleures solutions face aux difficultés que l'entreprise éprouve actuellement. Pour la ministre, il faut tout mettre en œuvre non seulement afin de pouvoir garantir un avenir durable pour Carrefour en Belgique, mais également le maintien, par tous les moyens possibles, d'un maximum de l'emploi des nombreux travailleurs et le respect des droits de chacun.

Mme Milquet dit aussi s'engager, notamment au travers du conciliateur social qu'elle pourrait désigner le cas échéant, à les aider à rechercher les meilleures pistes pour la garantie du maintien de l'emploi chez Carrefour en Belgique.

Ecolo dénonce le chantage social et exige une régulation

Ecolo a dénoncé mardi le chantage social de la direction de Carrefour et dit constater à nouveau l'échec de la politique fédérale de l'emploi. Pour les écologistes, les nouveaux licenciements annoncés illustrent également la nécessité d'une régulation accrue de l'offre commerciale par les Régions.

Ecolo constate dans un communiqué que c'est un groupe qui a réalisé un boni de plus de 66 millions d'euros en Belgique l'an passé qui décide brutalement de se séparer d'une partie de son personnel et utilise cette situation difficile et la coexistence de deux Commissions paritaires dans le secteur de la grande distribution pour effectuer un odieux chantage auprès des travailleurs non-licenciés.

Les Verts soulignent que depuis que la ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, a annoncé que la Belgique résistait mieux à la crise que ses voisins, chaque semaine ou presque voit de nouvelles pertes d'emploi, sans pour autant qu'il y ait, au niveau fédéral, de changement de cap en matière d'emploi.

Il faut conditionner les aides à l'emploi et autres déductibilités fiscales au maintien de l'emploi, renforcer la formation des travailleurs et remettre en cause le contrôle de la disponibilité des demandeurs d'emploi, dit Ecolo, qui se réjouit de voir la Région wallonne prendre cette direction.

Pour les écologistes, l'emploi durable dans l'activité commerciale nécessite non seulement que les chaînes commerciales développent des projets à long terme et cohérents, y compris sur le plan social, mais aussi et surtout un rôle accru du pouvoir politique.