Casterman Tournai survivra

Monique Baus Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Un vrai vaudeville, commentait un observateur du dossier, vendredi matin! En rajoutant: `Des acteurs entrent, sortent, il y a du rebondissement...´ L'affaire pourrait prêter à sourire, s'il n'y allait pas, en effet, de l'emploi de plusieurs dizaines de familles! Mais vu la fin heureuse de la pièce, le caractère vaudevillesque de son intrigue mérite en effet maintenant d'être épinglé...

Dans la soirée de jeudi à vendredi, des négociations que l'on savait `au finish´ rassemblaient une nouvelle fois les curateurs, les délégations syndicales et les représentants du ministre wallon de l'Economie, Serge Kubla. Des discussions qualifiées de `longues´ et assorties de `recherches les plus diverses´ dans le communiqué du cabinet du ministre qui annonçait, hier matin, être en mesure de communiquer quelques heures plus tard l'accord intervenu pendant la nuit, `en vue de sauvegarder l'activité de Casterman à Tournai´.

Trois mois renouvelables

La solution trouvée se déroulera en deux temps. Un système de location-gérance doit être mis sur pieds dès le 15 décembre. Les deux candidats repreneurs dont les dossiers étaient en balance depuis la semaine passée s'y retrouvent partenaires: l'entreprise Evadix, spécialisée dans le routage, et le duo Lesaffre-Gobert expérimenté, lui, dans la reliure.

Concrètement, Evadix (auxquels plusieurs cadres de Casterman s'associent en management-by-out) chapeautera l'impression, le pré-press, les rotatives, la finition et le brochage (soit les trois-quarts de l'usine qui conservera le nom de Casterman Imprimerie) (*); tandis que la reliure sera prise en charge par Lesaffre-Gobert dont c'est la spécialité, dans le cadre d'une PME indépendante dont le nom n'a pas encore été trouvé. Au total, une centaine d'emplois pourraient être proposés par les deux sociétés sur le site.

La location-gérance est garantie par la Région wallonne auprès des curateurs. La formule sera lancée pour une période de trois mois, renouvelable une fois, le temps de mettre en place une structure définitive.

Par ailleurs, nous apprenions qu'un ancien candidat était, lui aussi, ressorti de l'ombre. Maxime Chalot nous précisait avoir remis aux curateurs, vendredi dans la soirée, une nouvelle offre plus complète que celle que lui et son frère avaient présentée il y a quelques mois. Et que leur offre était, cette fois, assortie de la garantie bancaire qui faisait défaut la fois précédente. Ce qui ne devait pas changer le scénario privilégié depuis le début de la semaine.

L'imprimerie Casterman s'était volontairement déclarée en faillite en juin dernier, laissant quelque 270 personnes dans l'incertitude.

Le Groupe Evadix développe ses activités dans les secteurs de la logistique (45000 m de plates-formes répartis sur Vilvoorde et Tournai), de la production marketing direct et du e-business. Le Groupe emploie environ 200 personnes et a réalisé un C.A. de près de 17,5 millions d'euros pour l'exercice 2001.

© La Libre Belgique 2002

Monique Baus

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    Pourquoi la famille Blokker veut vendre ses actions ? Et à qui ?

    Les finances du groupe Blokker ne sont pas brillantes ; ce n’est un secret pour personne. La Libre s’en faisait l’écho le 23 octobre et rapportait les inquiétudes du personnel belge francophone des magasins quant à l’avenir de l’enseigne à court ...

  2. 2
    Chronique
    Des risques climatiques sans frontières

    Les interdépendances entre États génèrent des menaces particulières. Notre pays est particulièrement exposé aux effets indirects du changement climatique.

  3. 3
    Une montre belge au poignet de Macron, Merkel et Trump pour le centenaire de l'armistice

    C'est une maison horlogère belge qui a été choisie pour imaginer une montre hommage à l'occasion du centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
    Si la Belgique est surtout connue à l'étranger pour ses frites et ses bières, ...

  4. 4
    Pour Lufthansa, Brussels Airlines n’existe plus…

    Brussels Airlines est-elle morte ? Si l’on s’en tient uniquement aux derniers résultats publiés par Lufthansa, qui a racheté la totalité de la compagnie belge début 2017, la réponse est oui. Le nom de Brussels Airlines n’est ainsi évoqué nulle part ...

  5. 5
    Carrefour, Louis Delhaize, Cora et Match vont acheter leurs produits ensemble: voici en quoi il s'agit d'une bonne nouvelle pour le consommateur

    Le groupe Carrefour Belgique et la centrale d'achat Provera Belux, qui représente les enseignes de grande distribution Cora, Louis Delhaize, Match, Smatch et Délitraiteur, ont conclu un accord afin d'acheter des produits en commun pour la Belgique ...

cover-ci

Cover-PM