Entreprise

L’épisode aurait pu être anecdotique. En 2015, CE + T Power, société liégeoise spécialiste de la conversion d’énergie, décidait de participer au concours Little Box Challenge organisé par Google et l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers). Objectif : miniaturiser un onduleur, dispositif qui convertit le courant électrique (AC-DC) et protège les matériels électriques et électroniques contre toute coupure ou irrégularité de l’alimentation électrique.

CE + T a explosé tous les objectifs : au lieu d’en ramener la taille (disons un gros frigo) à celle d’un ordinateur portable, elle l’a réduite 225 cm³ ("un bloc de post-it") tout en dopant sa puissance. Aujourd’hui, une nouvelle société, CE + T Energrid, voit le jour… "De nouveaux marchés s’ouvrent à nous", indique son directeur, Jean-Pierre Chisogne. "Pour l’industrie, c’est la promesse de rendre plus efficace le courant livré par les distributeurs. Par ailleurs, le scénario n’est plus celui d’un back-up mais bien le stockage et la gestion d’énergie pour le grid. Le but est de réduire les coûts en facilitant l’écrêtage de puissance et d’éviter ainsi les pénalités et la sur-taxation des crêtes pratiquée par les distributeurs."

Installateurs et industrie seront les premières cibles. Viendront ensuite les PME et le B2C - par exemple, les propriétaires de panneaux photovoltaïques. "Le but est de procurer des dispositifs DC/AC performants, modulables qui optimisent la durée de vie des batteries, minimisent les pertes d’énergie lors de la conversion, permettent de stocker l’énergie renouvelable (micro-grids, panneaux solaires, éoliennes…) et de la restituer et réutiliser non plus au moment de la production mais quand le besoin s’en fait sentir."

Outre le marché belge, la société vise d’autres pays, tels les Etats-Unis, où les rendements des réseaux énergétiques laissent à désirer.

Brigitte Doucet