Entreprise La direction du groupe Mestdagh, qui a annoncé lundi un important plan de transformation, doit assumer ses responsabilités et mettre "tout en œuvre" pour limiter le nombre de licenciements, réagit le Premier ministre Charles Michel dans un communiqué. Le gouvernement fédéral est en contact avec la direction et les syndicats. Le groupe Mestdagh entend se séparer de 450 travailleurs sur les quelque 2.500 actuellement engagés mais aucune enseigne ne fermera ses portes. Les employés de nombreux magasins Carrefour Market (Groupe Mestdagh) ont débrayé après l'annonce de cette restructuration lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire.

Dans un communiqué, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l'Economie Kris Peeters expriment "leur soutien" aux travailleurs et à leurs familles. Ils soulignent quel l'employeur devra "assumer ses responsabilités", notamment en matière d'accompagnement des travailleurs licenciés, et mettre "tout en oeuvre" pour limiter le nombre de licenciements.

Le gouvernement s'engage à suivre la situation "au plus près" et à soutenir les travailleurs concernés. "Il étudiera avec les Régions toutes les pistes légales et envisageables" pour les accompagner, poursuit le communiqué.

Kris Peeters ajoute qu'il a pris contact avec les syndicats et souhaite que la procédure Renault démarre dans les plus brefs délais. "Dans le cas d'une telle restructuration, la phase initiale est primordiale", explique-t-il. "L'expérience démontre qu'une concertation avec les syndicats permet dans de nombreux cas de trouver des alternatives et de sauver des emplois." Le ministre souhaite une analyse approfondie sur les alternatives aux licenciements secs.