Entreprise

Mardi, l’usine de Kraft Foods à Hal était bloquée par une action de grève organisée en front commun syndical. Le géant américain a en effet annoncé lundi vouloir se concentrer à Hal sur la production de tablettes, de bâtons et de chocolat Côte d’Or et transférer des produits "non clés" - à savoir les Mignonnettes, Bouchées et "Chokotoffs" - vers des usines du groupe situées en Europe de l’Est et spécialisées dans ce type de produits. Avec, au passage, la suppression de 99 emplois à Hal sur un total de 418, même si la direction se dit prête "à envisager toutes les solutions qui permettraient de réduire le nombre de licenciements à un strict minimum, notamment par le recours à des départs volontaires" . Dans la foulée de cette annonce, un arrêt de travail de 48 heures était décrété.

Kraft Foods, qui emploie 2 900 personnes en Belgique, justifie sa décision par le fait que l’usine de Hal est "reconnue comme future usine stratégique pour la production de chocolat Côte d’Or et la production de tablettes et de bâtons Côte d’Or au sein du réseau européen de production de chocolat de la société" , des produits dont "le marché est en pleine croissance, ce qui offre des opportunités à long terme à l’usine de Hal" . Le dernier gros investissement - 15 millions de dollars - dans l’usine allait déjà dans ce sens. C’était une nouvelle ligne de production dédiée aux tablettes de chocolat "premium", haut de gamme, comme les tablettes "Sensations". Ce qui portait à onze le nombre de lignes à Hal et la capacité de production à 80 000 tonnes par an pour 60 000 auparavant.

Exit donc les "Chokotoffs", nés en 1934, les Mignonnettes, en 1935, et les Bouchées, en 1937, qui constituent pour l’heure environ 15 % de la production annuelle à Hal tandis que les tablettes comptent pour près de 70 %. Et le groupe d’affirmer que les "Chokotoffs" qui seront demain produits en Lituanie, les Mignonnettes en Pologne et les Bouchées en Slovaquie, le seront selon les mêmes recettes et à partir de chocolat en provenance de Hal. En 2010 encore, Côte d’Or déclinait le Chokotoff en blanc et cette année, en pâte à tartiner.

Ce mercredi, le personnel se prononcera sur la poursuite ou non de l’action. Aucune rencontre entre syndicats et direction n’est encore prévue. Celle-ci espère concrétiser son projet en 2012.

A.Ma. (avec Belga)