Entreprise

Comme chaque année, le groupe Colruyt a profité de l'assemblée générale de ses actionnaires pour présenter son rapport annuel dont les chiffres confirment que la crise du pouvoir d'achat a bien profité à l'enseigne dont la politique de bas prix ne date pas d'hier.

Au cours de l'exercice 2007-2008 (du 1er avril 2007 au 31 mars 2008), son chiffre d'affaires a gonflé de 8,9 pc, en passant de 5,208 à 5,673 milliards d'euros. Augmentation, aussi, de 6 pc du bénéfice brut pour atteindre 1,376 milliard d'euros.

"Cette croissance a été réalisée malgré l'exercice 2006-2007 exceptionnel, l'été difficile et le climat de concurrence de plus en plus accru", s'est réjoui le patron Jef Colruyt en commentant une série de "slides" de chiffres, une fois la traditionnelle vidéo de présentation (40 minutes) terminée sur ses félicitations à l'ensemble de ses troupes. De fait, fin mars 2008, le résultat net affichait une progression de 9,7 pc à 288,2 millions d'euros.

Colruyt est actif dans trois secteurs. Dans le partage des performances pour l'exercice 2007-2008, on constate que le commerce de détail ("retail") a perdu un peu de son importance (77 pc du chiffre d'affaires global, en recul de 0,8 pc) par rapport au commerce de gros (17 pc, en hausse de 0,6 pc) et aux autres activités : les stations-service Dats24, l'imprimerie Druco et l'engineering (6 pc, soit 0,2 pc de plus).

Le segment "retail" a vu son propre chiffre d'affaires progresser de 7,8 pc (7,4 pc pour les Colruyt, 9,5 pc pour les DreamLand et, surtout, 27,6 pc pour les OKay et Bio-Planet). Le nombre de magasins et de mètres carrés occupés a continué de grossir (voir infographie ci-dessus) avec, notamment, 7 Colruyt et 7 OKay supplémentaires en un an.

La croissance du commerce de gros (+10,7 pc de chiffre d'affaires) est due au grand succès des magasins Spar.

Quant aux autres activités (les stations-service), elles réalisent un chiffre d'affaires en hausse de 19,3 pc, en particulier tirées par les stations Dats24 qui ont vu leurs ventes grossir de 20,6 pc en Belgique !

Et le groupe ne compte pas s'arrêter là. Le programme d'investissements présenté prévoit, pour l'exercice 2008-2009, 155 millions d'euros rien que pour construire de nouveaux magasins Colruyt, en agrandir ou rénover d'autres, et acheter de nouveaux terrains. Il est aussi question de 6 à 8 nouveaux OKay et un nouveau Bio-Planet.

Colruyt se classe parmi les plus gros employeurs de Belgique. Cet exercice en est la preuve, avec le cap franchi des 20 000 collaborateurs dont 18 000 ici (voir infographie) ! "Les gens au centre du projet", a martelé le patron.

Qui a gagné combien ?

A noter l'augmentation des émoluments bruts annuels de tout le conseil d'administration, dont Jef et Frans Colruyt qui ont perçu chacun 76500 € (pour 75 000 un an plus tôt). L'assemblée générale leur a par ailleurs alloué 3168000 € à titre de tantièmes (pour 2898000 € à l'exercice précédent).

Quant aux huit membres de la direction du groupe (dont le CEO Jef Colruyt, aussi administrateur-président), seule leur rémunération brute annuelle globale est présentée. Celle-ci s'est établie à 1675513,58 € (pour 1 603 441,01 un an avant), à quoi il faut ajouter 1866077,79 € de prime sur les bénéfices (1 145 302,12 auparavant), mais pas de stock-options sur les actions.

Eu égard aux bons résultats, l'assemblée a décidé d'attribuer un dividende brut de 3,68 € par action (plus que les 3,24 l'exercice dernier).