Entreprise

Si ça paraît trop beau pour être vrai, c'est tout simplement que c'est faux... Pour éviter les arnaques sur Internet, la meilleure attitude à adopter est de faire preuve de bon sens élémentaire. Un GSM dernier cri au dixième de son prix? Une personne que vous ne connaissez ni d'Eve ni d'Adam qui vous promet une grosse somme d'argent? Une banque qui vous demande de lui envoyer toutes vos données personnelles dans un simple mail? Pas la peine de se bercer d'illusions ou d'être complètement naïf: cela n'arrive jamais...

«La confiance aveugle que certains ont dans le Net est incroyable», s'exclame Luc Beirens, le patron de la Federal Computer Crime Unit (FCCU). «Ils y font confiance à des gens à qui ils ne parleraient même pas s'ils les croisaient dans la rue.»

En réalité, les conseils de base pour éviter les mauvais achats sur Internet sont les mêmes que pour n'importe quelle transaction «classique». Tout d'abord, il faut garder à l'esprit que rien n'est jamais gratuit, pas plus sur Internet que dans la vie réelle. Dans la mesure du possible, il faut également s'assurer de l'identité du vendeur, vérifier auprès de lui que la marchandise existe et qu'elle est en bon état, lire attentivement les conditions de vente, etc.

Western Union: attention danger!

Il y a aussi des mises en garde beaucoup plus concrètes, reprises d'ailleurs sur la plupart des sites consacrés aux arnaques sur Internet. La principale concerne le système de transfert d'argent Western Union, dont l'utilisation est fortement déconseillée pour effectuer des paiements. La société elle-même précise sur son site que «les services de virement d'argent sont un moyen rapide, facile et pratique pour envoyer des fonds à des gens de connaissance», mais que «ces services ne sont pas adaptés comme moyen de paiement à des inconnus». De manière générale, mieux vaut payer en laissant une «trace», que ce soit par virement bancaire ou par carte de crédit, par exemple. Et bien sûr, il ne faut jamais envoyer d'argent liquide dans une enveloppe!

Il s'agit aussi de se méfier des arnaqueurs parmi les «tiers de confiance», en veillant là aussi à se renseigner au maximum au préalable. Le site de vente aux enchères eBay, par exemple, n'en conseille que cinq: Escrow.com, Escrow Australia, iloxx SafeTrade, Escrow Europa et Triple Deal, ce dernier s'adressant plus particulièrement aux utilisateurs belges.

A noter que le Crioc (Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs) a créé un site baptisé «arnaques.be», sur lequel il répertorie les différents types d'arnaques - tant sur Internet qu'ailleurs -, et où il rassemble des témoignages de consommateurs lésés pour éviter que d'autres ne se fassent piéger de la même façon. Le site de la police fédérale contient, lui aussi, quelques conseils de prudence bien utiles.

Enfin, que faire lorsqu'on est victime d'une arnaque? Tout d'abord, porter plainte au bureau de police le plus proche avec tous les documents en sa possession, puis envoyer un mail aux Affaires économiques (1) et à la «Computer Crime Unit» (2)... en espérant que l'auteur de l'escroquerie aura laissé une trace informatique quelque part et qu'il y a moyen de le retrouver. Ce qui est loin d'être gagné d'avance.

Web www.arnaques.be

Web www.polfed.be

(1)E-mail eco.inspec@mineco.fgov.be

(2)E-mail contact@fccu.be

© La Libre Belgique 2006