Entreprise

Depuis deux ans, un groupe d’experts planche sur le concept de "Store of the future", le magasin du futur, dans le cadre de Living Tomorrow (1). Une première version en avait été présentée en 2007. La dernière, entièrement remise à jour, a été présentée jeudi.

Sa visite débute dans la cuisine. "Parce que c’est là que nous commencerons nos courses dans l’avenir", raconte Luc Koenot, Senior Vice President CIO du groupe Delhaize.

Grâce au tableau d’affichage numérique, toutes les données sont accessibles au consommateur. Plus besoin de papier ni de stylo : tout est virtuel. La liste de courses s’écrit avec le doigt sur l’écran et le smartphone permet de naviguer à travers les différents écrans. Chacun de ceux-ci a un rôle spécifique. Outre l’écriture de la liste, il y a le passage en revue des promotions proposées en magasin, un conseil d’ambiance à marier avec le menu choisi, la liste complète des ingrédients correspondant au menu sélectionné ou, mieux, les images d’un chef qui explique sa recette. Un programme permet également d’introduire des données personnelles du type allergie ou régime à suivre, qui permettront d’être remis à l’ordre en cas de "mauvais achat". La liste une fois établie est saisie dans le smartphone. Elle pourra bien sûr être retouchée en magasin mais aussi via l’écran de télévision, dans le salon.

Le programme (qui porte le nom de "MyDelhaize") se poursuit soit par une livraison à domicile (le paiement a pu s’effectuer par empreinte digitale), soit dans le magasin où, là aussi, les innovations sont nombreuses.

Dès l’entrée, le client scanne son smartphone pour faire suivre ses informations et il les charge sur le selfscanner disponible dans chaque chariot. Tous les produits désirés apparaissent à l’écran.

En rayons, la technologie est présente partout. Vous aviez sélectionné un type de pommes de chez vous et vous ne parvenez plus à les reconnaître ? Pas de problème, la balance intelligente fait cela pour vous. Autre application : les petits écrans qui diffusent, un peu partout, des informations supplémentaires sur les produits. Au rayon vins par exemple, le client non-connaisseur se fera conseiller une bouteille sur base de critères comme la couleur, le prix, le mets à accompagner

En bout de courses, le paiement du futur s’effectuera avec le GSM (qui remplace à lui tout seul carte de banque, carte de fidélité, etc) après le passage du caddie entre les deux bornes du "e-gate" qui fournit une addition instantanée.

Peut-on raisonnablement penser que ces innovations seront à la portée de tous et partout dans un avenir assez proche ? "Mais certaines sont déjà appliquées, répond Luc Koenot. Le paiement par GSM est actuellement testé dans deux de nos magasins à Bruxelles avec un groupe ciblé de clients." C’est dans ce secteur-là que le spécialiste imagine d’ailleurs les percées les plus rapides. Quel que soit leur coût ? "L’innovation n’est pas une question de coût : il faut voir ce qu’elle va rapporter." Quant au reste, les applications seront fonction de l’accueil de la clientèle et des avancées de la technologie.

(1) Des visites guidées dans le futur sont possibles individuellement ou en groupe. Informations sur le site www.livingtomorrow.be