Comment rendre ses journées de travail plus agréables ?

Entretien Solange Berger Publié le - Mis à jour le

Entreprise Comment rendre ses journées de travail plus agréables ? Consultante et coach aux Etats-Unis, Caroline Webb prodigue ses conseils.

Sorti en 2016 aux Etats-Unis, l’ouvrage rédigé par la consultante et coach Caroline Webb "How to have a good day" vient d’être traduit en français sous le titre "Passer une bonne journée au bureau, c’est possible" (1). Tout un programme…

S’agit-il de votre premier ouvrage ?

Effectivement. Il est entièrement basé sur mon expérience. Certains me demandent combien de temps il m’a fallu pour l’écrire. C’est difficile à dire, si c’est 4 ou 15 ans. En fait, c’est le travail d’une vie.

Le titre de l’ouvrage est "Passer une bonne journée au bureau, c’est possible". Cela veut dire que vous estimez que nombreux sont ceux qui pensent que ce n’est pas possible d’avoir une bonne journée au travail ?

Ce n’est pas moi qui le dis. Une étude récente de Gallup (State of the Global Workplace) montre que seuls 13 % des employés se sentent engagés pour leur entreprise et motivés. Ce n’est vraiment pas beaucoup. C’est vrai que même dans les chouettes jobs, on peut avoir des mauvais jours… Et puis tout le monde peut avoir un mauvais jour. Mais les recherches montrent que de petits changements suffisent pour avoir une bonne journée.

Vous donnez des conseils pour mieux vivre au travail. Faut-il tout lire et tout mettre en pratique pour retrouver un bien-être au travail ?

Certains souhaitent lire l’ouvrage du début à la fin. Mais ce n’est pas indispensable. J’ai écrit ce livre pour que chacun puisse consulter les chapitres qui l’intéressent à n’importe quel moment. S’il a, par exemple, un problème avec un collègue, qu’il doit prononcer un discours ou a besoin de retrouver confiance en lui,… il consultera une partie différente. C’est un guide, avec chaque fois en fin de chapitre des conseils pratiques. Bien utiles pour ceux qui n’ont pas le temps de tout lire…

Et si on ne devait lire qu’un chapitre ?

Je dirais que c’est… la postface, avec les appendices qui traite trois thèmes : comment réussir ses réunions, comment rédiger de bons mails et comment relativiser son quotidien.

Vous abordez des thématiques très différentes, comme se fixer des objectifs solides, instaurer de bonnes relations, révéler le meilleur de chacun, maximiser l’impact de chacune de ses paroles et de ses actions,… Il s’agit de choses très diverses.

Chacun y prend ce qu’il veut. Cela peut varier aussi selon les moments de la vie professionnelle. Quand j’étais jeune, j’ai dû beaucoup travailler sur la résilience émotionnelle. Maintenant, mon challenge est plutôt d’arriver à prendre du repos et du temps pour réfléchir.

Quel serait un premier conseil ?

C’est peut-être de ne faire qu’une chose à la fois. On constate que si on fait plusieurs choses en même temps, comme répondre à un mail, discuter avec des collègues et préparer un rapport, on travaille plus lentement. On a l’impression d’être très occupé mais en fait on est plus lent que si on avait fait une chose après l’autre. Une solution peut être de couper son téléphone à certains moments de la journée, de se dire qu’on ne regarde ses mails que deux à trois fois par jour,… pour permettre de se focaliser sur une seule chose. Cela demande moins de travail au cerveau que s’il doit passer sans cesse d’une tâche à l’autre.

Vos conseils peuvent-ils s’appliquer à tous à travers le monde ? N’existe-t-il pas de différences culturelles ?

Je n’ai pas souhaité faire un livre américain pour des Américains. J’ai écrit cet ouvrage dans une perspective internationale. Il a déjà été traduit dans plusieurs langues d’ailleurs (espagnol, chinois,…). J’ai repris des exemples qui viennent du monde entier, qui concernent toutes les industries et autant des hommes que des femmes. Je pense que mes conseils vont au-delà des cultures, même s’il existe des nuances. Par exemple le concept du respect a l’air différent et est sans doute différent. Mais les fondamentaux sont identiques, même si l’expression peut être distincte.


Entretien Solange Berger

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    La Stib en grève lundi: la CSC ne suivra pas le mouvement

    La réunion "de la dernière chance" qui s'est déroulée vendredi matin avec la direction de la Stib n'a apporté aucune réponse, a indiqué Stephan De Muelenaere, secrétaire permanent CGSLB. La CSC Services publics a, elle, choisi de ne pas suivre le mouvement.

  2. 2
    Vente de Brussels Airlines: les actionnaires privés ont reçu des cadeaux fiscaux (ENQUÊTE)

    Combien d’argent ont perdu toutes les sociétés (privées et publiques) qui ont injecté de l’argent dans Brussels Airlines ? Curieusement, difficile pour ne pas dire impossible d’avoir un chiffre précis. Une petite astuce dans le montage financier ...

  3. 3
    Un mois avant son vol inaugural, Air Belgium a reçu ses deux premiers avions

    La compagnie aérienne Air Belgium a franchi une nouvelle étape vers son premier vol commercial qui doit avoir lieu fin mars. Les deux premiers avions ont été inscrits vendredi au registre aérien. Il s'agit de deux Airbus A340 portant les codes d'enregistrement OO-ABA et OO-ABB, indique le registre du site web du SPF Mobilité.

  4. 4
    Pourquoi Jean-Pierre Clamadieu renonce à Solvay pour la présidence d’Engie

    Jean-Pierre Clamadieu sera bel et bien président du conseil d’administration d’Engie en mai prochain. Cela ne faisait plus l’ombre d’un doute depuis que l’Etat français, le plus important actionnaire du groupe énergétique, avait annoncé qu’il ...

  5. 5
    Seulement la moitié des "black box" sont branchées dans les restaurants: "Un manque de courage politique énorme"

    Les "black box" équipent près de 80 % des restaurants du pays, mais toutes ne sont pas connectées. Si les restaurateurs ne jouent pas tous le jeu, c’est aussi que le gouvernement ne s’est pas donné les moyens de les contrôler aisément. La ...

cover-ci

Cover-PM