Entreprise Face aux nouveaux acteurs de la distribution, Delhaize, qui fête ses 150 ans cette année, oppose son expérience et sa réactivité. Pour affronter l’e-commerce, le Lion combine un large assortiment et un puissant réseau de proximité. Ahold et l’innovation permettront d’affronter la guerre des prix. Dossier.

Delhaize le Lion fête aujourd’hui ses 150 ans. Certes, à l’origine il n’était pas question de chaînes de distribution et encore moins d’ambitions internationales mais la dynastie Delhaize a été une pionnière de ce secteur. C’est à la place Flagey à Bruxelles, qu’est né le premier supermarché en libre-service d’Europe et il arborait fièrement l’enseigne du Lion. Depuis, le groupe a grandi pour s’étendre hors des frontières et partir même à la conquête des Etats-Unis. Il y a moins d’un an, le groupe néerlandais Ahold en a pris le contrôle. Et parmi tous les défis que Delhaize devra relever dans les années à venir, il lui incombera aussi de conserver cette belgitude qui a contribué à son succès.


Dans un marché assailli par de nouveaux acteurs, Delhaize joue sur son image de qualité et de proximité

Le contexte : pour la première fois depuis bien longtemps, le marché alimentaire en Belgique a accusé un recul avec des volumes de produits en baisse tandis que le chiffre d’affaires restait en légère hausse. C’est donc avec cette toile de fond en forme de défi pour les enseignes généralistes telles que Delhaize et, dorénavant, Ahold Delhaize doivent évoluer.

Dans le contexte sont également apparus d’autres acteurs comme des Trafic et, plus récemment, Action avec leurs opportunités de prix étonnantes en matière alimentaire, de cosmétiques ou de produits de nettoyage. Un contexte où le "tax shift" a aussi poussé "des Belges proches des frontières à aller acheter aux Pays-Bas, en France ou ailleurs quand le différentiel prix était important", comme le note Christophe Sancy, rédacteur en chef de la revue spécialisée "Gondola".

(...)