Entreprise

Après les 80 ans de Godiva en 2006, les 150 de Neuhaus et les 75 de Corné Port-Royal cette année, c'était au tour de Côte d'Or, mercredi, de présenter son gâteau qui comptera 125 bougies en 2008. La marque ouvre, à cette occasion, sa première vraie boutique (accessible à partir de janvier). Il y avait bien un magasin d'usine, à l'époque, à l'unité de production dont les effluves inondaient le quartier de la Gare du Midi à Bruxelles. Depuis 1990, l'unité s'est établie à Halle. Côte d'Or a décidé de revenir à Bruxelles et s'est offert une vitrine de prestige à côté des Marcolini, Neuhaus et Godiva - encore - au Sablon. Alors les autres chocolatiers se disputent le bas de la place du Grand Sablon, Côte d'Or s'installe plus haut, au n° 1 de la place du Petit Sablon.

L'anniversaire sera aussi l'occasion d'une série d'animations tout au long de l'année, d'innovations (nouvelles recettes en tablettes, bâtons et pralines) et d'éditions limitées "125 ans" de deux de ses produits phare : la traditionnelle tablette de 150 grammes, lancée en 1911 et toujours en vogue, et les Mignonnettes qui ont vu le jour pour l'Expostion universelle de Bruxelles de 1935. Avant le "Dessert 58" né pour l'Expo de 1958... Car Côte d'Or tient à souligner à foison son ancrage belge. Certes, la marque est tombée en 1987 dans les mains de Jacobs Suchard qui a fusionné en 1993 avec Kraft General Foods pour devenir Kraft Jacobs Suchard, qui à son tour devint Kraft Foods en 2000, géant de l'alimentaire qui emploie 94 000 personnes dans le monde. Mais, insiste Luc Blommaert, directeur général de Kraft Foods Benelux, Côte d'Or est toujours entièrement fabriqué en Belgique. Les fèves arrivent à Anvers et, après une étape à l'unité de production de Herentals, les produits finis sortent de Halle, soit 38 500 tonnes de chocolat par an. Les deux tiers sont des tablettes et près de la moitié de la production est destinée au marché belge.

Côte d'Or, dont "le chiffre d'affaires s'est développé au même rythme que le marché ces 5 dernières années", comme le précise Ariane Marchant, directrice marketing chocolat de Kraft Foods Belgique, détient une part de marché, stable, de 21,6 pc - avec un total Kraft Foods de 32,7 pc, devant les marques des distributeurs (18,9 pc). "Côte d'Or est le n° 1 sur le marché belge", indique Ariane Marchant. "Plus d'une tablette vendue en Belgique sur 2, près d'un bâton sur 3 et plus d'un produit "Petits chocolats" (Mignonnettes, pralines, produits saisonniers comme les collections de fin d'année ou les oeufs de Pâques) sur 4, c'est du Côte d'Or". Ce dernier segment, qui constitue 30 pc du marché global, est particulièrement dynamique en Belgique avec une croissance de 7 pc par an depuis 7 ans. Quant au marché global, il pèse 400 millions d'euros selon les chiffres 2006 de Nielsen (+ 4 pc par an sur les 3 dernières années). Le Belge est évidemment un grand consommateur avec 8 kg de chocolat par tête et par an, à égalité avec le Suisse, et derrière l'Allemand et l'Anglais. Et il préfère le chocolat au lait (62 pc).

Enfin, la marque à l'éléphant, présente dans 60 pays, fort implantée en France et aux Pays - Bas, entend, depuis un an, renforcer son impact en Espagne, Allemagne et au Royaume-Uni via un support de communication et des campagnes de pub. Avant, sans doute, d'autres pays européens.