Entreprise

Les travailleurs d'Europe de l'Est et d'Europe centrale coûtent jusqu'à quatre fois moins que leurs collègues d'Europe de l'Ouest. Les salaires (bruts) belges sont même dix fois plus élevés que dans quelques pays de l'ancien bloc de l'Est. Dès lors, explique le bureau américain de consultance Mercer, il ne faut pas s'étonner que bon nombre de sociétés occidentales délocalisent vers ces pays. C'est évidemment un point de vue extrêmement réducteur sur une situation bien plus complexe. Et ces différences ne sont pas neuves. On se rappellera par ailleurs que des différences identiques existaient avant les efforts effectués par des pays comme la Grèce ou le Portugal pour entrer dans l'Union monétaire européenne. L'étude montre, dès lors bien vite, les limites qu'elle s'est fixées, à savoir, les pays de l'Union européenne. Avec la facilité nouvelle offerte par la monnaie unique qui permet une comparaison aisée des chiffres disponibles dans les pays de la zone euro.

Sécurité sociale coûteuse

En Belgique, le salaire moyen annuel brut s'élève à 53577 euros, pouvait-on lire, lundi matin, dans le quotidien «De Morgen» qui se basait sur une étude récemment publiée par Mercer. La différence essentielle avec les autres pays comparables en termes de niveau et de qualité de vie vient, chez nous, du coût de la sécurité sociale. Hors frais liés aux avantages salariaux et à la sécurité sociale, la Belgique serait en fait classée en cinquième place, note encore l'étude.

En tête du peloton, la Belgique est suivie par la Suède, l'Allemagne, le Luxembourg et la Grande-Bretagne où le salaire net est le plus élevé. En moyenne, dans ces cinq pays, les travailleurs bénéficient d'un salaire de 50000 euros. Ces salaires sont loin de ceux pratiqués par les nouveaux membres de l'Union. Dans des pays comme la Slovaquie ou la Lituanie, les salaires moyens s'élèvent à 7000 euros. En Lettonie, ils s'élèvent à 4752 euros. Selon l'étude réalisée par le bureau Mercer, il apparaît, enfin, que les salaires au sein de l'Union européenne sont inférieurs de 15pc à ceux versés aux Etats-Unis.

En ne tenant compte que de la situation des huit nouveaux membres de l'Union issus de l'ancien bloc de l'Est, la différence avec les Etats-Unis passe à 23pc. Ces chiffres sont édifiants en apparence puisque l'on sait que les pays de la zone euro ou candidats devraient voir les coûts salariaux progresser en fonction de l'appétit de consommation des salariés. C'est d'ailleurs pareil partout: l'évolution économique de la Chine fait que les coûts salariaux y sont déjà 7 fois plus élevés qu'en Inde.

© La Libre Belgique 2005