Entreprise

La compagnie aérienne Brussels Airlines a confirmé mercredi la réduction de la fréquence de ses liaisons entre Bruxelles et Kinshasa, à quatre par semaine au lieu de sept, imposée par une décision de l'Autorité de l'aviation civile (AAC) de la République démocratique du Congo (RDC) en pleine crise diplomatique entre les deux pays.

Ces vols auront lieu le lundi, le mercredi, le vendredi et le samedi, a précisé Brussels Airlines dans un avis à sa clientèle en invoquant "des raisons indépendantes de sa volonté".

"Le vol de demain (jeudi) est le premier à être supprimé", a expliqué une porte-parole de la compagnie, Kim Daenen, à l'agence Belga.

La durée de la mesure prise par les autorités congolaises n'est pas fixée, mais le nombre de vols sera réduit à quatre au moins jusqu'à la fin de la saison hivernale (fin mars).

Les passagers qui avaient réservé un siège sur les vols annulés "seront automatiquement replacés sur le prochain vol de la semaine", a ajouté Brussels Airlines.

Les vols vers Angola, la capitale angolaise, effectués en combinaison avec ceux ayant Kinshasa comme destination sont maintenus.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a quant à lui évoqué mercredi à la Chambre la possibilité de rediriger des vols vers Brazzaville, la capitale de la République du Congo voisin et qui n'est séparée de Kinshasa que par le fleuve Congo.

L'Autorité de l'aviation civile a justifié sa décision par l'absence "de réciprocité dans l'exploitation des services aériens internationaux entre la République démocratique du Congo et le royaume de Belgique". Mais elle semble politiquement motivée, alors que les relations entre Bruxelles et son ancienne colonie traversent une énième crise.