Entreprise

Alors que les offres doivent être remises ce jeudi, il ne reste que les candidats américain et britannique.

Jeudi 7 septembre, date de remise des copies des candidats au remplacement des avions de combat F-16 belges. Le contrat est juteux : initialement, il s’élève à 3,573 milliards d’euros pour 34 appareils, et à une estimation de 15 milliards sur la vie opérationnelle probable des avions, une quarantaine d’années.

Jusqu’ici, sur les cinq candidats au départ, Boeing (F-18), Saab (Gripen), Lockheed Martin (F-35), Eurofighter (Typhoon) et Dassault/Safran/Thales (Rafale), les deux premiers avaient déjà jeté l’éponge. Il se confirme aujourd'hui que sur les trois candidats restants, le Groupement d’intérêt économique (GIE) Rafale et la Direction générale de l’armement (DGA), dépendant du ministère français de la Défense, ne présente aucune offre.

Parmi les indices donnant à penser que la défection française était en cours, il y a la séquence de communication déjà engagée. Ce jeudi matin, la presse est invitée à un briefing officiel à la résidence de l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Bruxelles, avec des représentants de Lockheed Martin. À n’en pas douter pour vanter les qualités du F-35 Lightning II. Et vendredi matin, les journalistes sont conviés à un petit-déjeuner par l’ambassadeur du Royaume Uni en Belgique, afin de présenter l’offre d’Eurofighter pour le Typhoon. Du côté français, rien n’a jamais été prévu. 

D’une certaine façon, Éric Trappier, PDG de Dassault, maître d’œuvre de l’architecture du Rafale, avait déjà semé le doute par ses propos au journal “L’Écho”, à la veille de l’ouverture du Salon aéronautique du Bourget en juin dernier : “Je redoute d’une façon générale une volonté d’acheter américain”, avait-il dit, en prenant pour exemple le contrat du siècle qui a vu le F-16, de General Dynamics à l’époque, l’emporter dans quatre pays européens, notamment face au Mirage F1 français. “C’est sûrement lié à la relation à l’Otan. Mais il n’est pas incompatible d’être dans l’Otan et d’utiliser des avions non américains, comme le prouve le Rafale.”

Inquiétudes françaises

Plus tard, le 19 juillet dernier, le chef d’état-major de l’armée de l’Air française, le général André Lanata, s’est inquiété du succès et des performances du F-35, qui “va constituer rapidement un standard de référence dans les armées de l’air mondiales, pas uniquement aux États-Unis, mais aussi chez nos principaux partenaires.”

Par ailleurs, fin juin, la Belgique a annoncé l’achat de 477 blindés légers et moyens à la France, avec le projet d’un “partenariat stratégique” à la clé. En tout état de cause, la succession du F-16 belge ressemble à une course par élimination. Reste donc le Typhoon européen, présenté par la Grande-Bretagne, contraint de faire valoir de solides arguments face à l’éternel favori, le Lockheed Martin F-35.