De bien longues études...

Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Il y a trois ans environ, plusieurs économistes de l'UCL (dont moi-même) ont suggéré qu'un relèvement du minerval pouvait être envisagé. A condition toutefois d'y associer des mesures comme le relèvement des bourses, l'étalement du paiement via des formules de prêts dont le remboursement serait fonction du revenu (Regards économiques n°14, 2003)... La réaction, quasi unanime, fut celle du rejet ! On pourrait discuter longuement le caractère fondé ou non de ce rejet, ainsi que de la crainte qui le sous-tend. Prenons ici simplement acte du fait qu'il existe, en Communauté française de Belgique, une forte préférence pour le maintien du caractère public du financement de l'enseignement supérieur, ainsi qu'une croyance forte qu'il s'agit là du meilleur moyen d'en assurer le caractère démocratique.

Relevons toutefois un curieux paradoxe. Des décisions - soit bien plus que des propositions émanant d'académiques - de relèvement du coût des études, à charge des individus, ont été prises au cours de ces vingt dernières années. Nous visons les mesures successives d'allongement du nombre d'années d'études nécessaires à l'obtention d'un diplôme supérieur. Or ces décisions n'ont suscité pratiquement aucune réaction hostile, ni même inquiétude.

A partir du milieu des années 80, la durée minimale des études du supérieur court a été portée de deux à trois ans. Plus récemment, la réforme de Bologne a initié une dynamique qui tend à faire du mastère en cinq ans le diplôme universitaire de référence. Aux yeux d'un économiste, l'effet premier et incontournable d'un allongement des études est d'augmenter le coût d'opportunité, soit le manque à gagner salarial. Car allonger d'un an les études, c'est reporter le moment où l'on entre sur le marché du travail et décroche son premier salaire.

Le salaire annuel net qu'un (e) diplômé (e) du supérieur court peut espérer, en début de carrière, excède actuellement les 17 000 € - et ce chiffre tient compte du risque de chômage. Celui d'un (e) universitaire débutant (e) dépasse les 22 000 €. Sans le dire, et sans que grand monde ne s'en préoccupe, les réformes intervenues depuis le milieu des années 80 ont donc augmenté le coût privé d'acquisition d'un diplôme. Et ce dans des proportions infiniment plus importantes que tout ce qui a pu être suggéré, par les économistes, via le relèvement du minerval.

Ces réformes ont été menées à budget de l'enseignement supérieur relativement constant. Elles ont dès lors accentué la diminution de la dépense publique par année/étudiant. Elles ont compromis la capacité des institutions à préserver la qualité de leurs enseignements, ou à offrir significativement plus de contenus par rapport aux anciens programmes.

Rien n'indique que la prime salariale des individus qui ont mis trois ans à décrocher le diplômé du supérieur court est plus importante que celle de ceux qui, naguère, étaient diplômés en 2 ans. Et on peut craindre que les salaires des détenteur (trice) s de masters ne seront pas significativement plus élevés que ceux des licencié (e) s.

L'allongement des études a aussi pour effet de diminuer le taux d'emploi chez les jeunes de moins de 25 ans, à un moment où l'on dépense beaucoup d'énergie pour augmenter celui des quinquas.

Tout cela a-t-il vraiment beaucoup de sens? Ne serait-il pas plus opportun d'essayer de réduire la durée des études, d'augmenter ce faisant le montant d'argent public disponible par année/étudiant, de réduire le manque à gagner salarial à charge des étudiants, ou encore de contribuer positivement à l'augmentation du taux d'emploi de l'ensemble de la population?

© La Libre Belgique 2006

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Trump s'en prend de nouveau à Harley-Davidson, qu'il recommande de boycotter

    Le président américain s'en est de nouveau pris dimanche à l'une de ses cibles préférées, Harley-Davidson, qu'il a conseillé de boycotter si le constructeur de motos déplaçait une partie de sa production en Europe comme il l'a annoncé. Les ...

  2. 2
    Le patron de Sanoma Belgique et Pays-Bas quitte ses fonctions

    Marc Duijndam, le patron de la filiale belge et néerlandaise de l'entreprise finlandaise de médias Sanoma, quitte ses fonctions après seulement huit mois de service. Les tâches de Marc Duijndam seront temporairement reprises par Susan Duinhoven, à ...

  3. 3
    Après Ryanair, au tour des pilotes de KLM et d’Air France de faire grève ?

    L’été social est décidément très chaud dans le ciel européen. Après une vague de grèves des équipages de la compagnie irlandaise low cost Ryanair en Europe, c’est au tour des pilotes des compagnies KLM et Air France de menacer de se croiser les bras....

  4. 4
    Une entreprise belge signe un important contrat IT avec la Commission européenne

    Le prestataire de services informatiques Modis Belgique a signé un accord avec la Commission européenne pour la gestion de 1.200 informaticiens, annonce-t-il jeudi. Le contrat-cadre d'une valeur de plus de 500 millions d'euros, le plus important ...

  5. 5
    Les bus à hydrogène, futur de la mobilité en Wallonie ?

    Michaël De Koster est l’un des spécialistes de l’hydrogène chez Engie. Il évoque la place de cette technologie dans le futur paysage énergétique. A court terme, le potentiel le plus intéressant, selon lui, serait la mobilité, avec les véhicules à ...

cover-ci

Cover-PM