Entreprise

Les travaux de construction du site, situé à Dessel, de stockage en surface de déchets radioactifs de catégorie A (déchets belges de faible et moyenne activité et de courte durée de vie) vont débuter cet automne, a annoncé ce mardi l'Ondraf, l'Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies. Après le démarrage du chantier de l'installation de production de monolithes (IPM), les chantiers à venir concernent la construction de l'usine de caissons, du cluster d'accès et du centre de visite "Tabloo" dédié au thème de la radioactivité.

Dans l'IPM, les déchets radioactifs seront placés dans des coffres en béton ou "caissons" puis encapsulés dans du mortier, ce qui donne un monolithe. L'Ondraf vient d'attribuer le marché public lié à la construction de l'usine de caissons, où seront produits les caissons qui renfermeront les déchets, et du cluster d'accès. "La construction de l'usine doit être terminée début 2021. Les travaux sur le cluster d'accès, qui comprendra un bâtiment administratif et deux bâtiments techniques, sont eux aussi sur le point de démarrer", précise l'Ondraf dans un communiqué.

Quant à la construction du centre de visite "Tabloo" et du parc paysager, elle devrait être achevée en 2021. Après des tests internes et le lancement de l'ensemble, "Tabloo" ouvrira ses portes au public début 2022.

250 millions d'euros d'investissement

"Les modules de stockage eux-mêmes ne seront construits qu'à un stade ultérieur, dès que l'Ondraf aura obtenu l'autorisation nucléaire à cet égard. Dans l'intervalle, les travaux préparatoires débuteront cet automne", explique encore l'organisme.

L'Ondraf, qui compensera le déboisement de la zone de stockage en replantant toute une bordée d'arbres sur différents terrains de la commune de Dessel, évoque un coût total de 87 millions d'euros pour l'exécution des travaux préparatoires, la construction de l'IPM, de l'usine de caissons, du cluster d'accès et de "Tabloo". En comptant le stockage, il s'agit d'un investissement d'environ 250 millions d'euros.

L'ensemble des projets de construction mobilisera plus de 250 équivalents temps plein sur le site. Et au cours de l'exploitation, le projet créera environ 60 emplois.