Entreprise Qatar Airways loue ses avions et équipages cloués au sol par le blocus pour limiter les effets d’une grève à Londres.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que le personnel de cabine de British Airways a entamé, ce samedi, une grève qui devrait durer deux semaines, Qatar Airways a décidé de "voler au secours" de la compagnie britannique. L’idée ? Amener sa flotte d’Airbus A320 et du personnel de Doha pour assurer une partie des vols de "courte distance" de British Airways. Les deux compagnies font partie de la même alliance aérienne (Oneworld), ce qui explique cette collaboration plutôt inédite. Qatar Airways est aussi actionnaire du groupe IAG, dont fait partie British Airways.

Pour rappel, depuis le 6 juin dernier, Qatar Airways subit l’embargo de plusieurs pays du Golfe qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, dont l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn. La compagnie a dû suspendre en tout dix-huit destinations (et modifier ses plans de vol pour éviter l’espace aérien des pays concernés). Le blocus affecte notamment la flotte d’Airbus A320 de Qatar Airways utilisée par le transporteur pour ses liaisons vers le Moyen-Orient.

Plutôt que de laisser ces avions cloués au sol, la compagnie nationale du Qatar a donc préféré "louer" neuf de ces monocouloirs, avec leurs équipages, au transporteur britannique. Ce contrat de "wet-lease" permet à British Airways de minimiser les effets d’une grève de seize jours déclenchée par certains de ses hôtesses et stewards basés à l’aéroport de Londres-Heathrow.

Malgré le blocus, Qatar Airways reste offensive

Les syndicats et la direction de la compagnie britannique s’affrontent depuis plusieurs mois sur les rémunérations de ce personnel de la "flotte mixte" (vols court et long courrier) engagé depuis 2010, qui gagnerait moins que les autres salariés, ce que conteste la direction.

Les perturbations devraient être limitées : 99,5 % des vols étant assurés en raison de cette collaboration avec Qatar Airways. L’un de ces avions qataris volant pour les Britanniques a notamment été aperçu à l’aéroport de Bruxelles-National.

Malgré le blocus, la compagnie qatarie se montre offensive : au total, "vingt-cinq nouvelles destinations seront lancées à travers le monde tout au long de 2017-2018" , a-t-elle annoncé récemment.