Entreprise

L’horizon du client belge en téléphonie s’éclaircit d’année en année, même si certains acteurs, au premier rang desquels les associations de défense des consommateurs, continuent de fustiger les différences par rapport aux marchés voisins. La nouvelle loi télécoms, qui transpose une série de directives européennes, oblige les opérateurs à se mobiliser également sur le front des plans tarifaires de vacances. Ici aussi, la législation impose son calendrier : en quelques années, les exorbitants tarifs pour les appels passés ou reçus à l’étranger ont déjà bien diminué à l’intérieur de l’Union européenne. Pour dix euros, Base offre à ses clients 20 minutes d’appels vers 22 pays d’Europe et Israël. L’offre est valable 30 jours, sur demande, et peut se renouveler autant de fois que souhaité. Côté data, Base offre un plan tarifaire "occasionnel" et un autre pour les surfeurs plus assidus : il démarre à 5 € pour 10 MB en Europe et 10 € pour 12MB pour l’Europe et 25 autres pays. Proximus propose deux services distincts: l’un pour payer moins cher les appels passés depuis la Belgique (6,05 €/carte SIM), l’autre, le "Vodafone Passport", pour les appels depuis l’étranger. Ces appels sont facturés à la seconde au-delà de la 1ère minute. Prudence pour l’emploi d’Internet: choisissez le bon tarif avant de partir, car les dépassements se paient cash!

Mobistar suggère à ses clients le "Travel data control", un outil gratuit (en ligne) pour maîtriser ses dépenses Internet à l’étranger. Le n°2 du marché propose une vraie segmentation de son offre hors Belgique, avec des forfaits adaptés aux besoins ponctuels ou réguliers. A épingler, une option destinée à ceux qui voyagent souvent dans le même pays. Les opérateurs proposent en général des services permettant d’éviter le trafic data non désiré à l’étranger, ainsi qu’un service d’alerte automatique pour tenir en respect votre budget Internet mobile hors Belgique. L’expérience a montré que ce n’est pas une précaution inutile