Entreprise

Catherine Bendayan est CEO d’Ikea Belgique. On pourrait, si l’on osait, la qualifier de patronne "Made in Ikea". C’est simple, jusqu’ici, elle y a fait toute sa carrière. Née à Marseille, diplômée d’une école de commerce de la cité phocéenne, Catherine Bendayan y a également débuté comme chef de rayon dans le magasin Ikea local début 1989. "Il y en avait 4 en France à l’époque", se souvient-elle. Au même moment, elle avait créé une entreprise avec un alter ego versé dans la recherche sur l’antibruit actif. "Pas du tout mon domaine mais justement, nous étions très complémentaires. Pendant un an, j’ai fait les deux." La société TechnoFirst existe toujours, mais Catherine Bendayan n’y est plus active, ni actionnaire. "Il m’a fallu choisir. Ikea me plaisait, ses valeurs me correspondaient et le potentiel était intéressant."

Depuis, elle a posé ses valises en Italie, en Allemagne - le plus gros marché du géant suédois - et en Belgique depuis août 2015, où elle s’est installée avec mari et enfants. Epicurienne, comme elle se décrit elle-même avec son accent qui sent le soleil, elle profite des bonnes choses dans chaque pays : "les glaces et le café italiens, les frites, forcément, et… les expressions" en Belgique. "J’en découvre toutes les semaines." Dans l’aventure, elle a appris l’italien et l’allemand l’aide un peu dans la compréhension du néerlandais. Par contre, son suédois se limite au minimum. A 50 ans, elle a désormais passé davantage de temps loin de Marseille qu’au bord de la Grande Bleue. Et son parcours ne se terminera sûrement pas à Bruxelles car chez Ikea, "on n’est jamais CEO à vie dans le même pays".

Des restaurants Ikea en ville ? "Je n’y suis pas favorable"

Ikea Belgique a lancé, en septembre dernier à Anderlecht, le service "Click&Collect". Un pas vers l’e-commerce pur et dur ?

En quelque sorte, oui. Les clients commandent sur Internet, payent sur Internet, mais doivent venir chercher leur commande en magasin ou dans l’un des 20 points de retraits non-Ikea du pays, alors que l’e-commerce suppose que le client soit livré. Anderlecht était le premier à bénéficier de ce service "Click&Collect". Depuis, nous l’avons implanté dans 5 autres magasins. La semaine prochaine, ce sera au tour de celui de Wilrijk. Fin juin de Gand. Les 8 seront alors actifs.

Qu’est-ce que cela donne ?

(...)