Entreprise

Analyse

Les transhumances, c'est pour demain. C'était même déjà pour mercredi si l'on en croit les départs en masse enregistrés à Brussels Airport (voir ci-dessus). Crise, baisse du pouvoir d'achat, hausse des prix du carburant ? Les Belges partent en vacances quand même. Dans une chambre d'hôte en France, un appartement à la Costa Brava en Espagne - les pays les plus populaires -, un camping en Croatie ou dans un B&B aux Etats-Unis pour profiter du dollar faible, qu'importe, les projets sont là.

1Les chiffres . Selon le baromètre des vacances, 8e du genre, établi récemment par Europ Assistance à propos des intentions des Européens pour les vacances d'été, le budget des Belges s'établit à 2228 €, au-dessus de la moyenne européenne de 2206 € (voir par ailleurs).

Si les départs individuels sont évidemment impossibles à chiffrer, l'Association belge des tour-opérateurs, l'ABTO (sachant que les séjours organisés comptent pour près de 30 pc des voyages belges) confirme une hausse des réservations de 4,4 pc à fin mai (avec un total de 1,8 million de vacances) même si le mois de mai a lui-même connu un statu quo.

Dès les mois de décembre et janvier derniers, les réservations pour les vacances d'été ont démarré en force. Solidement boostées par les avantages liés aux réservations rapides proposées par les différents acteurs du secteur touristique. Fin janvier, les membres de l'ABTO avaient déjà enregistré 900 000 réservations, "un record absolu". "Nous avons ensuite connu un fléchissement, mais comme cela se passe chaque année, insiste Hans Van Haelemeesch, porte-parole de Jetair. Et depuis avril, mai, semaine après semaine, nous constatons une hausse du nombre de réservations de quelque pc par rapport à la même période l'an dernier." : "Tant les vacances en avion qu'en voiture ou les city-trips sont en avance par rapport à 2007, souligne-t-il. Sans migration entre les différentes formules : ceux qui ont l'habitude de partir en avion, partent encore une fois en avion, etc."

Chez Best Tours (dans son créneau : le long-courrier), les chiffres au 25 juin font état d'une augmentation de 13 pc par rapport à la même période l'an dernier. Connections a aussi connu son boom de "first minute", continue sa solide grimpette aux Etats-Unis et sent déjà une forte demande pour les "last minute". Au Club Méditerranée, le 7 juin dernier, les réservations étaient en avance de 8,8 pc.

2 Les destinations. Les tendances des autres années subsistent avec un grand intérêt pour les points de chute offrant un bon rapport qualité-prix comme "la Tunisie, la Turquie ou l'Egypte", précise encore le porte-parole de Jetair. Top 5 chez Jetair : Espagne, Turquie, Grèce, Tunisie et Egypte. Top 5 chez Neckermann, une des marques du groupe Thomas Cook : Turquie, Espagne, Tunisie, Grèce et Egypte. "Si nous regardons la situation par pays, la Turquie dépasse aujourd'hui largement l'Espagne" , indique Pierre Fivet, responsable de la distribution chez Neckermann, qui ajoute : "L'énorme offre d'hôtels "all inclusive" y est certainement pour quelque chose." Car l'intérêt est fort, sans doute plus encore que d'habitude, pour le "tout compris" qui "permet aux clients de chiffrer très concrètement et à l'avance leur budget de voyage" , pointe le porte-parole de Jetair.

Au rang des destinations pour les vacances en voiture, Thomas Cook avance la France avec la Provence, le Languedoc-Roussillon et les Alpes, "ceci parallèlement à la croissance remarquable du nombre de réservations en Suisse, en Hongrie et en Slovénie". "Pouvoir d'achat en baisse ou pas, le Belge n'économise pas sur ses vacances principales", répète Kurt Bostyn, directeur de la distribution ouverte chez Thomas Cook.

3 Les city-trips. "Seul le nombre de mini trips connaît une croissance ralentie par rapport à l'an passé", poursuit Kurt Bostyn, les amateurs de city-trips et courts séjours semblant attendre les promotions de dernière minute. L'ABTO tient le même langage avec une baisse de 4 pc à fin mai. "Visiblement, il y a un impact avec une diminution en mai qui a suivi un statu quo, assure l'ABTO. Les gens voyagent pour leurs vacances principales mais les deuxièmes vacances, les city-trips sont affectés." Pierre Fivet, pour sa part, prévient : "20 à 25 pc des gens doivent encore décider s'ils vont partir, où, quand et comment. Et leur décision en matière de "last minute" dépend de facteurs comme le temps en Belgique ou l'incertitude économique."

Quant à l'hiver, il est déjà sur les rails avec des brochures qui sortent et des réservations qui rentrent. Au Club Med, par exemple, les premières réservations représentent déjà 18,3 pc des ventes de l'hiver dernier, contre 6,7 pc à pareille époque l'an dernier.