Entreprise

Selon le vice-Premier ministre Didier Reynders (MR), l'entrée en Bourse d'une partie du capital de la banque Belfius ne doit pas être liée à la résolution du dossier Arco et à un dédommagement des coopérateurs, un sujet cher au CD&V. Le libéral est interrogé dans les colonnes de L'Echo samedi. "Ma conviction est celle-ci: quoi que dise la Commission européenne sur le dossier Arco, on doit mettre Belfius en Bourse. Parce que je crois qu'on a l'opportunité de désendetter l'État et de réaliser une vraie plus-value. Belfius a été très bien gérée, on peut maintenant désendetter l'État tout en restant actionnaire majoritaire", affirme Didier Reyners.

"Quand nous avons injecté 4 milliards d'euros dans cette banque pour la sauver de la faillite de Dexia, ce n'était pas avec l'idée que l'État reste banquier. (...) Cette mise en Bourse partielle doit non seulement diluer les risques mais aussi désendetter l'État", insiste le ministre des Affaires étrangères et ancien ministre des Finances.

Didier Reynders ajoute espérer que l'IPO pourra encore avoir lieu cette année "parce qu'il faudra voir si les marchés financiers sont capables d'absorber ce qu'on va mettre en Bourse".

Dans l'entourage du Premier ministre, Charles Michel, on tient à préciser que "le gouvernement travaille sur une solution pour le dossier Arco conformément à l'accord de gouvernement et des accords de l'été, en dialogue avec la Commission européenne".

Interrogé par ailleurs sur sa stratégie en vue des élections à venir, M. Reynders déclare:" je serai tête de liste à la Chambre parce que je veux aussi faire campagne sur les six communes à facilités, et que j'ai un bilan à défendre au Fédéral". Il précise encore être prêt à prendre ses responsabilités pour Bruxelles, si les libéraux sont la plus grande force politique dans la région capitale. "Je négocierai une majorité et ensuite on verra. Le but n'est pas de dire que je suis candidat ministre-président, le but est de placer les libéraux en tête. Mais si les gens veulent poursuivre avec un projet socialiste, alors ils poursuivront avec un ministre-président socialiste".