Entreprise

Direction et syndicat du producteur d'acier Trebos-Duferco à Tildonk sont tout près d'un accord, après une journée de négociation,a indiqué le syndicaliste Rudi Goris dans la soirée. L'enteprise doit fermer fin septembre et 65 emplois sont en jeu. Certains aspects doivent encore trouver une issue, notamment l'outplacement, l'assurance hospitalisation et la prépension à laquelle une dizaine d'employés pourraient prétendre.

Fin juillet, un accord avait déjà été dégagé au sujet des primes d'ancienneté.

Les prochaines négociations auront lieu le 4 septembre. Au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire jeudi, les étapes d'information et de consultation prévues dans la loi Renault seront exécutées, il ne restera donc plus que les discussions relatives au plan social. "L'intention est d'organiser une réunion du personnel à la mi-septembre où l'accord social sera expliqué en détail". Le temps presse pour la direction, car le 28 septembre, l'usine compte fermer et licencier tout le monde, explique M. Goris.

Trebos-Duferco a été créée en 1961 par le sidérurgiste wallon Boël et employait plus de 400 personnes à son apogée. Lors de son rachat par l'italo-suisse Duferco en 1999, 170 personnes travaillaient encore. Après quatre restructurations, il n'en restait plus que 65. Des millions de pertes ont été essuyées ces dernières années, si bien que le direction s'est résignée à la fermeture de la société. Duferco avait auparavant également fermé tous ses autres sites en Wallonie, et Tildonk est le dernier dans notre pays.