Entreprise

Le brasseur belgo-brésilien AB InBev, numéro un mondial de la bière, a présenté jeudi de bons résultats au deuxième trimestre, dopé par la Coupe du Monde en Russie.

Sponsor bière officiel de cet événement sportif avec sa Budweiser, ce qui lui a permis d'augmenter sa notoriété, le groupe a dégagé un bénéfice net d'avril à juin de 2,16 milliards de dollars, en hausse de 15,5% comparé au deuxième trimestre 2017.

"Grâce à une organisation remarquable en Russie, nous avons vendu plus de bière dans les stades en comparaison avec la Coupe du Monde de la FIFA Brésil 2014", a constaté le groupe qui a vu le volume de bière vendues augmenter de 0,9% à 127,632 millions d'hectolitres au deuxième trimestre.

Au Brésil, l'un des deux berceaux du groupe qui était à la peine depuis quelque temps, "l'impact négatif de la grève nationale des conducteurs de poids lourds a été compensé par les bénéfices de la Coupe du Monde 2018", a remarqué AB InBev, qui détient 500 marques de bières.

Pour l'ensemble de l'année, le groupe a dit prévoir de "réaliser une solide croissance de son bénéfice d'exploitation (EBITDA) et de ses produits, malgré la volatilité de certains marchés clés". Au deuxième trimestre, son bénéfice d'exploitation s'élevait à 5,568 milliards de dollars, en hausse de 7% comparé à la même période de l'an passé.

Son chiffre d'affaires s'est élévé à 14,014 milliards de dollars (+4,7%), dépassant ainsi les prévisions des analystes (13,9 milliards).

Le brasseur, qui a racheté son concurrent, le britannico-sudafricain SABMiller en 2016, a par ailleurs annoncé une simplification de son organisation géographique et une série de changements dans son équipe dirigeante.