Entreprise

S’il n’y avait pas eu la crise sur le pacte migratoire, la décision du Tribunal de l’Union européenne tombée vendredi dans l’épineux dossier Arco, à première vue favorable aux coopérateurs, aurait sans doute été largement commentée par le monde politique du Nord du pays. Mais, ils avaient évidemment d’autres chats à fouetter. Et puis, on est loin de l’exécution du plan B approuvé par le gouvernement, qui prévoit une indemnisation de 600 millions d’euros aux coopérateurs qui ont tout perdu dans la débâcle de Dexia. Voyons pourquoi.