Entreprise

"En bon père de famille", le gouvernement a décidé de reporter l'entrée en Bourse de Belfius, une banque détenue à 100% par l'Etat belge. "Le temps n'est pas encore venu et les garanties ne sont pas réunies", a commenté le Premier ministre Charles Michel à l'issue d'un conseil des ministres restreint. 

Cette décision a bien été réfléchie et a été prise en collaboration avec la Société fédérale de Participations et d'Investissement (SFPI) - le bras armé financier de l'Etat, ndlr -, a précisé Charles Michel.

Selon ce dernier, le gouvernement continuera à évaluer régulièrement la situation, en concertation avec le management de la banque et la SFPI.

Dans ce cadre, l'évolution du marché financier sera particulièrement scrutée alors que depuis le début de l'année, la valeur des actions des banques européennes a chuté de 12% d'après l'Eurostoxx Bank index, en raison notamment de la faiblesse persistante des taux de la Banque centrale européenne (BCE) et de certains facteurs de volatilité, dont les tensions avec les Etats-Unis, le Brexit, la situation politique en Italie ou encore la dévaluation de la livre turque. Les actions bancaires belges, elles, ont perdu 15%.

Fin août, les journaux L'Echo et de Tijd avaient rapporté que les turbulences enregistrées sur les marchés financiers avaient réduit la valeur de Belfius de 10 à 15% en quelques mois, un rapport des banques d'affaires accompagnant son entrée en Bourse lui attribuant désormais une valeur de 5 à 7 milliards d'euros, contre 6 à 8 milliards en avril.

Quelques semaines plus tôt, le gouvernement s'était accordé pour mettre en Bourse 30% du capital de Belfius, une IPO couplée, politiquement, à une indemnisation des coopérants d'Arco, le holding financier du Mouvement ouvrier chrétien flamand emporté dans le naufrage de Dexia, soutenus par le CD&V. 

Pour ce faire, une enveloppe de 600 millions d'euros avait été prévue, les coopérants pouvant être indemnisés jusqu'à 40% de leur apport. L'entrée en Bourse de Belfius étant désormais officiellement reportée, ces derniers devront attendre.