Entreprise

Les investissements chinois en Wallonie se sont élevés à environ 80 millions d'euros au cours de ces 10 dernières années, dont une majeure partie de ce montant concerne le "China Belgium Technology center", une plateforme technologique chinoise basée à Louvain-la-Neuve. Le montant des investissements chinois est moins élevé que ceux consacrés par un pays comme l'Inde, par exemple, mais les Wallons et les Chinois "sont peu à peu parvenus ces dernières années à créer un partenariat", d'égal à égal, dans une logique de respect mutuel, explique Michel Kempeneers, responsable des marchés hors Europe à l'Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers (Awex).

L'idée derrière ce partenariat est que les Chinois aident les entreprises wallonnes à exporter vers l'Empire du Milieu ou à y nouer des partenariats et vice versa pour les entreprises chinoises en Europe. "Les Chinois ont vu dans la Belgique en général et la Wallonie en particulier une terre d'accueil favorable et très ouverte qui leur permet un accès au marché européen", souligne Michel Kempeneers.

Ces dernières années, les entreprises chinoises ont eu davantage de moyens pour se développer à l'étranger -même si le gouvernement a mis un frein à l'appétit gargantuesque de certains conglomérats chinois lourdement endettés- et les autorités chinoises veulent intensifier les liens commerciaux avec l'Eurasie et l'Afrique, via de "nouvelles routes de la soie" (lignes ferroviaires, aériennes et maritimes mais aussi via les nouvelles technologies, l'e-commerce...) passant par des investissements colossaux.

La presse s'est fait l'écho ces derniers jours de possibles investissements chinois à Charleroi et Liège. Un constructeur de voitures électriques envisagerait ainsi de jeter son dévolu sur le site de Caterpillar à Gosselies tandis que le géant de l'e-commerce Alibaba s'apprêterait à construire un centre de distribution de plusieurs hectares près de l'aéroport de Liège, avec à chaque fois plusieurs centaines d'emplois potentiellement à la clef.

S'ils devaient se concrétiser, ces projets marqueraient une accélération dans le rythme des investissements chinois en Wallonie et ponctueraient de belle manière un travail de longue haleine mené notamment par l'Awex.