Entreprise

Philippe Graton

Le scénariste de la bande dessinée "Michel Vaillant" est aussi le patron de Graton Editeur, la PME familiale qui a racheté les droits sur tous les albums de la série. Celle-ci a dû s'endetter pour y parvenir, mais est à présent tout à fait viable.

Rencontre

Si Michel Vaillant poursuit sa route, c'est grâce à lui. Philippe Graton est le fils de Jean Graton, le créateur du héros de bande dessinée. Avec sa PME Graton Editeur, il n'a qu'un seul objectif : développer et assurer la notoriété à long terme de Michel Vaillant, en faisant prévaloir les aspects créatifs sur les exigences économiques. Voilà qui est rare dans le monde de l'édition et encore davantage dans le monde de l'entreprise.

"C'est pourquoi il était important de conserver un actionnariat familial", explique Philippe Graton. "Grâce à cela, nous pouvons nous permettre de refuser des projets qui seraient peut-être très rentables sur le plan financier, mais dont nous estimons qu'ils nuiraient à l'image de Michel Vaillant. Dans cette structure qui est à 100 pc au service du héros de BD, nous créons ce que nous aimons. L'économique suit le créatif."

Et ça marche. Michel Vaillant, c'est 50 000 exemplaires à la nouveauté, un fonds de 70 albums qui se réimpriment et se vendent continuellement et, tout récemment, une intégrale de vingt volumes d'environ 200 pages chacun. Apparemment, cette collection complète est déjà un succès. "Commercialement, cela semble très bien parti", confie Philippe Graton. Mais cette intégrale, le patron de Graton Editeur a tenu à ce qu'elle garde le même esprit familial. "Il n'était pas question de tromper le lecteur en faisant un coup commercial. Avec l'aide du Centre belge de la bande dessinée, nous avons procédé à un minutieux travail de recherche de tout ce qui avait été publié de l'univers de Michel Vaillant, qu'il s'agisse d'inédits parus uniquement dans le journal "Tintin" ou encore de dessins réalisés pour la promotion d'une marque automobile. Nous voulions que cette intégrale soit vraiment exhaustive", explique Philippe Graton. Cette publication montre aussi que la famille Graton a tourné la page des litiges ayant opposé le créateur de Michel Vaillant aux éditeurs Dargaud, Le Lombard et Novedi (Dupuis).

Philippe Graton incarne ce nouvel état d'esprit. D'une part, sa société, Graton Editeur, est garante de la préservation de l'authenticité de Michel Vaillant. Mais, d'autre part, il reconnaît que certaines aventures éditoriales sont trop risquées pour une PME de cette taille. "L'intégrale est un enjeu énorme. Si nous avions lançé, seuls, ce projet, il est clair que nous aurions dû fermer en cas d'échec. Le Lombard dispose d'une force de frappe bien plus grande. Nous leur avons donné un mandat d'édition et touchons l'équivalent de droits d'auteur. C'est beaucoup moins rémunérateur à l'album vendu, mais si on en vend trois fois plus grâce à cette collaboration..." Le réalisme de Philippe Graton permet à cette petite structure de rester parfaitement viable. Elle vient d'ailleurs de terminer le remboursement des prêts qui lui avaient permis de racheter les droits sur les anciens albums de Michel Vaillant aux anciens éditeurs, Dargaud et Le Lombard. De quoi exploiter l'univers du héros de façon plus cohérente.

Mais Graton Editeur est à un tournant. Son patron est en pleine réflexion, car, s'il parvient à préserver l'esprit "Michel Vaillant" grâce à sa société, il a conscience de louper certaines opportunités, par manque de temps. Des projets d'édition de logiciels, des propositions audiovisuelles et même certains aspects éditoriaux restent en rade... "La structure idéale de ces 20 dernières années n'est peut-être plus adéquate pour servir au mieux Michel Vaillant actuellement et exploiter de façon optimale tout son univers", constate Philippe Graton.

Pris par cette réflexion et surtout par la gestion quotidienne de sa boîte de sept personnes (5 salariés dont un dessinateur et 2 autres dessinateurs indépendants), le fils de Jean Graton accuse même du retard dans les scénarios du champion automobile de papier. Car, en plus d'être éditeur, ou plutôt avant d'être éditeur, Philippe Graton est un créateur. Ça ne l'a pas empêché de réussir en tant que patron !