Entreprise

Au travail aussi ? C’est essentiel. Le bonheur au travail augmente les chances d’être plus productif et moins souvent malade.

"La note moyenne du bonheur au travail est de 7,3/10 en Belgique. C’est plutôt un bon score. Il faut se réjouir de cette donnée positive”, estime Valérie Denis, CSR chez Tempo-Team, à propos des résultats de l’étude que le groupe de services RH a menée auprès de 800 Belges. Alors que ce lundi 20 mars on célèbre la journée internationale du Bonheur instaurée par les Nations Unies en 2013, Tempo-Team, comme d’autres, a voulu sonder les travailleurs belges.

Cette cote de 7,3/10 révèle bien sûr des disparités. Un travailleur sur trois se dit résolument heureux avec une note d’au moins 8/10, mais un sur 5 se dit malheureux.

Ce qui rend les gens heureux ? La teneur du job, l’environnement de travail et la hiérarchie. “Un job passionnant, socialement significatif et accordant suffisamment d’autonomie contribue au ressenti du bonheur. Contribuer utilement à l’entreprise et entrevoir des perspectives de carrière prometteuses sont deux autres facteurs aussi importants”, notent les auteurs de l’étude. “Le job est essentiel pour être heureux. Quand on postule pour un emploi, le salaire est peut-être un des éléments principaux dont on tient compte, mais une fois qu’on est dans la fonction, on voit bien que c’est cela qui est important. Si on a un chouette job, tout le reste suit”, estime Valérie Denis, qui constate que ceux qui se disent malheureux au boulot ne choisissent pas un emploi en fonction de son contenu mais parce qu’il est proche de chez eux et offre une sécurité d’emploi.

...