Entreprise

Une immense file s'est formée ce vendredi matin au contrôle des passeports pour les voyageurs européens ayant atterri à l'aéroport de Bruxelles.

Sur Twitter, un journaliste du Soir a signalé des altercations entre des voyageurs et le personnel de l'aéroport à cause d'un manque de communication.

"La hausse du trafic long-courrier à Brussels Airport engendre des temps d’attente plus longs au contrôle frontalier lors des moments de pointe", a justifié un community manager de l'aéroport sur Twitter. Celui-ci a précisé que "les procédures pour le contrôle frontalier sont supervisées par la police fédérale". Et d'ajouter : "Malgré que nous suivons la situation de près, il peut arriver que votre passage prenne plus de temps que prévu, ceci en particulier lors de moments de pointes tels que la matinée ou lors de périodes festivals".






"Rien d'exceptionnel", réagit-on du côté du service presse de Brussels Airport et de la police fédérale, chargée de ce contrôle des documents. Le Soir parle d'une "panne des portiques de sécurité", relayant des clichés d'un couloir d'arrivée noir de monde. Cette panne n'est cependant pas confirmée, ni par la porte-parole de Brussels Airpot, Florence Muls, contactée en milieu de matinée, ni par les services de police de l'aéroport.

"La situation est assez difficile, mais elle me semble similaire à ce que l'on connait les autres jours et dans d'autres pays européens", indique Florence Muls, qui note que de longues files ne sont pas exceptionnelles pendant les "heures de pointe" de l'aéroport durant les périodes de grande affluence comme les vacances d'été. Ces heures de pointe sont habituellement situées en matinée entre 06h00 et 10h00 environ, et entre 17h00 et 20h00 en soirée.

La police, peu loquace sur le sujet, a aussi répondu vendredi matin que "rien d'exceptionnel" n'était en cours.

Le contrôle des passeports utilise aussi bien des portiques de sécurité automatiques que des policiers installés dans des cabines.