Entreprise

Cinq ans. Lundi prochain, cela fera cinq ans que la marque Fortis Banque voyait le jour: une marque appelée à faire oublier deux autres enseignes pourtant historiques dans le paysage financier belge, à savoir la CGER (depuis 1867) et la Générale de Banque (depuis 1822).

Cinq ans après la fusion des deux institutions, la satisfaction était de mise hier du côté des responsables du retail banking de Fortis. «Cette marque Fortis Banque a directement trouvé sa place dans le marché. Il faut dire que les enseignes Fortis Banque représentent aujourd'hui entre 20 et 25 kilomètres de trottoir en Belgique», a expliqué Jos Clijsters, CEO Retail Banking. Le taux de notoriété spontanée de la marque atteint aujourd'hui 86pc, le chiffre était déjà de 82pc en 2001 contre 59pc en 2000. «Très rapidement, le taux de notoriété de Fortis Banque a dépassé celui de Nike!», a précisé Kathleen Steel, directrice générale marketing retail banking.

Pour Jos Clijsters, la rationalisation du réseau d'agences - ramené suite aux opérations de fusion entre ex-agences G-Banque et ex-agences CGER au nombre de 1212 à fin 2004 contre un peu plus de 2000 quatre ans plus tôt - a été de pair avec une amélioration du service à la clientèle, les agences devenant plus grandes, dotées d'un personnel plus nombreux (7,1 personnes par agence en 2004 contre 5,93 en 2002) et plus spécialisé (47 pc de collaborateurs spécialisés en 2004 contre 38 pc en 2000). «La millième fusion d'agences aura lieu le 24 mars à Jemeppe. Nous sommes pratiquement au bout du processus de restructuration du réseau. C'est vrai, à un moment, le client a souffert mais il a finalement bien digéré cette fusion et en a tiré profit», a ajouté Jos Clijsters ajoutant que des investissements de plus de 500 millions d'euros ont été investis dans la «brique» depuis 5 ans afin de rendre le réseau de distribution plus performant.

Pour fêter ce cinquième anniversaire, Fortis Banque - qui s'inspire des méthodes de la grande distribution - offrira d'ici au 30 avril dans le cadre de ses «semaines gagnantes» un certain nombre d'avantages à ses clients (des bons de réduction, des points Happy Days,...). Et le 21 mars, 5000 bouquets de fleurs seront distribués. Une opération séduction qui s'inscrit, il est vrai, dans un marché hyperconcurrentiel...

© La Libre Belgique 2005