Entreprise

Le cabinet d'avocats d'affaires bruxellois Modrikamen, qui affirme avoir été contacté par un nombre "significatif" d'actionnaires de Fortis afin qu'il défende leurs droits après la "quasi-liquidation" du groupe de bancassurance ce week-end, examine la possibilité de saisir la justice, a-t-il annoncé lundi soir. "Modrikamen va regrouper les actionnaires et examine actuellement la possibilité d'intenter une action en justice contre Fortis, ses responsables, le gouvernement néerlandais, la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) et l'Etat belge", a indiqué le bureau dans un communiqué. Il organise demain/mardi une conférence de presse à ce sujet.

Plus tôt dans la journée, l'organisation européenne d'actionnaires Euroshareholders, avait elle aussi indiqué qu'elle n'excluait pas de saisir la justice, réclamant par ailleurs l'organisation d'une assemblée générale extraordinaire.