Entreprise

Diplômé en droit de l’Ulg, le CEO d'Ores, Fernand Grifnée est une tête bien connue du monde de l’énergie. Après être passé par le cabinet de Melchior Wathelet (CDH), il entame une carrière de 17 ans chez Electrabel. Arrivé en 1995, il y restera jusqu’en 2012. Sa première mission consiste à préparer le secteur de la distribution d’énergie à la libéralisation. C’est cette mission qui lui ouvrira les portes d’Ores par la suite.

Le ministre wallon de l’Energie est favorable à une fusion entre Ores et Resa. Où en est-on ?

Le conseil d’administration d’Ores a clairement indiqué qu’il était disponible pour envisager des formules de rapprochement avec Resa. Mon message est que l’opération doit être bonne pour les deux entreprises. Aussi bien pour leurs clients, leurs actionnaires, que leurs employés. Si toutes ces conditions sont remplies, vous pourrez compter sur toute mon énergie et mon enthousiasme en faveur de cette fusion qui serait alors une magnifique opération pour la Wallonie. Mais il faut d’abord poser un diagnostic objectif de la situation. L’on gagnerait à sortir du passionnel dans ce dossier.

Ores n’a pas encore étudié l’intérêt économique d’une fusion ?

(...)