Entreprise

Sortie de crise mardi soir après une conciliation. Les magasins rouvriront progressivement dès ce mercredi matin.

Fumée blanche chez Lidl après une grève spontanée du personnel qui a duré une semaine et qui a touché un tiers des 300 magasins belges de l’enseigne allemande et, depuis le week-end, les cinq centres de distribution du groupe. Les travailleurs réclamaient un allégement de leur charge de travail.

Le ministre fédéral de l’Economie et de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V) a joué mardi les médiateurs, conviant la direction et les syndicats à une réunion de conciliation comme il s’en était tenu une vendredi.

Après plusieurs heures de discussion, les deux parties ont conclu un accord qui conduira à une réouverture des magasins ce matin dès 8h30. “Réouverture progressive”, précise tout de même Vicky Hendrick, permanente CGSLB. “Il n’y aura plus de piquets de grève mais il faudra du temps avant que les magasins soient réapprovisionnés en produits frais.”

Presqu’à l’identique

L’accord conclu mardi est presque identique à celui qui était sur la table vendredi mais que le Setca avait rejeté.

Il prévoit que Lidl octroie 42 heures de travail supplémentaire par magasin, afin que les employés voient leur charge de travail diminuer, tout en continuant à atteindre les objectifs de productivité fixés.

Direction et syndicats s’engagent dès mardi prochain à établir un calendrier de négociations (au moins une rencontre par mois) visant à trouver le plus rapidement possible une solution durable au problème. Cette solution prendra la forme établie d’une convention collective de travail (CCT).

Un conciliateur social évaluera la bonne progression de ces discussions sociales.

La seule différence notable entre les accords de vendredi et de mardi, c’est la durée pendant laquelle les deux parties négocieront. Vendredi, le Setca avait rejeté un délai de six mois, craignant que Lidl ne tienne pas ses promesses et qu’il faille renégocier un accord. Mardi, il a obtenu la durée indéterminée qu’il réclamait.