Entreprise

La CNE demande mercredi à ses affiliés parmi le personnel de cabine de Ryanair de ne pas se joindre à l'action de grève que pourraient mener les pilotes de la compagnie aérienne à bas coûts le 10 août. 

Dans un courrier qui leur a été envoyé, le syndicat chrétien explique ne pas vouloir que ces travailleurs soient les seuls de leur catégorie à travers l'Europe à arrêter le travail, ce qui risquerait de les exposer à des intimidations encore plus fortes que dans les autres pays et des retenues financières plus grandes. 

La CNE et la Belgian Cockpit Association (BeCA) ont appelé mercredi midi les pilotes de Ryanair basés en Belgique à faire grève le 10 août prochain. Le syndicat chrétien recommande cependant au personnel de cabine de ne pas se joindre à cette action, estimant qu'il s'est déjà suffisamment exposé avec les deux journées de grève qu'il a menées les 25 et 26 juillet.

La CNE, qui a accepté de représenter les pilotes affiliés à la BeCA "afin de mener à bien leurs actions", explique qu'il n'a pas été possible d'organiser une action collective avec les différents syndicats européens du personnel de cabine (délai trop court, agenda, législations locales, etc.).

Le syndicat chrétien demande en revanche à ses affiliés qui en ont la possibilité d'apporter leur soutien aux pilotes basés à Bruxelles et Charleroi, qui organiseront un sitting unique à l'aéroport carolo le 10 août.

La CNE prévient enfin que, "si Ryanair ne change pas drastiquement d'attitude, nous réunirons nos forces, pilotes et personnel de cabine de différents pays d'Europe afin de donner à ce mouvement une ampleur encore plus grande".