Entreprise

Les négociations sectorielles sont bloquées dans le secteur du gardiennage depuis la semaine dernière. En signe de protestation, depuis deux jours, les syndicats mènent des actions.

Ainsi, lundi, quelque 250 militants syndicaux ont bloqué les accès des bâtiments administratifs de l'entreprise Initial Security à Machelen. Et ils ont annoncé qu'ils remettraient cela dans les jours à venir à l'aéroport de Bruxelles-National et à celui de Charleroi, où la firme Securitas veille au respect des normes de sécurité, notamment en matière de contrôle des bagages. La semaine prochaine, ce seront les transporteurs de fonds qui seront visés.

Par ces actions, les syndicats veulent stigmatiser le blocage des négociations sectorielles et le «non catégorique des employeurs à la moindre augmentation salariale». Les employeurs ont, en effet, refusé de dépasser l'index alors que les syndicats ne veulent pas descendre sous la barre des 4,5pc. Pour justifier sa position, le patronat invoque les problèmes financiers ainsi que les conditions de marché difficiles. «De nombreuses entreprises jugent les frais de gardiennage trop élevés et envisagent de s'en charger elles-mêmes», argumente-t-on à la fédération patronale du secteur.

Le secteur du gardiennage et du transport de fonds emploie entre 15 et 18000 personnes en Belgique.

© La Libre Belgique 2005