Entreprise

Harry Potter a remporté son duel avec Tanya Grotter. Cette héroïne, issue du livre russe «Tanya Grotter et la contrebasse magique», aurait pu voler la vedette au jeune sorcier. Mais Joanne Kathleen Rowling, l'écrivain des romans, Warner Bros, le producteur des films, et De Harmonie, la maison d'édition d'Harry Potter aux Pays-Bas, ont attaqué en justice l'éditeur qui comptait publier ce livre en Belgique et chez nos voisins néerlandais. «La cour d'appel d'Amsterdam nous a donné raison non seulement en matière de droits d'auteur mais aussi en ce qui concerne la marque», se réjouit Geert Glas, avocat associé chez Allen & Overy, qui était de l'équipe qui a défendu les intérêts d'Harry Potter aux Pays-Bas.Les défenseurs du livre incriminé faisaient valoir qu'il s'agissait d'une parodie de l'oeuvre originale. «La parodie constitue une exception aux droits d'auteur, reconnaît Me Glas. Mais il faut qu'il s'agisse vraiment d'une caricature de l'original, qui prête à rire.» Or, «Tanya Grotter et la contrebasse magique» empruntait des thèmes et des détails très spécifiques du monde d'Harry Potter. Le juge amstellodamois a donc condamné la maison d'édition hollandaise sur cette base juridique.

Warner défend la marque

Mais il ne s'agissait pas de la seule infraction aux droits de la propriété intellectuelle. Warner Bros, qui détient les droits sur la marque Harry Potter, avait plaidé que la ressemblance entre le nom de Tanya Grotter et celui du héros était trop importante pour être le fruit du hasard. «Celui qui aurait vu ou entendu ce nom aurait pu faire le rapprochement, ce qui aurait entretenu la confusion entre les deux», précise Me Glas. La cour a donné raison aux plaignants sur ce point également. Mais la grande innovation de cette décision de justice réside dans sa rapidité qui a permis d'empêcher la publication du livre aux Pays-Bas. «C'est la première fois en Europe de l'Ouest qu'un plaideur parvient à arrêter la publication d'un livre encore non publié sur base du non-respect des droits d'auteur», affirme l'équipe d'Allen & Overy qui a obtenu le prix «Best european copyright litigation» pour son travail dans cette affaire. La décision de la cour d'appel d'Amsterdam date de l'an dernier mais n'était pas encore bien connue des fans d'Harry Potter. Elle pourrait néanmoins faire jurisprudence, peut-être même jusqu'en Russie où le livre «Tanya Grotter et la contrebasse magique», de l'écrivain Dimitry Yemets, a été publié, même si c'est en quantité négligeable. «L'enjeu commercial était beaucoup plus grand en Europe de l'Ouest, d'où l'importance d'obtenir cette condamnation dès la première tentative de traduction du roman dans une autre langue», conclut Me Glas.

Les éditeurs, qui attendaient la décision pour éventuellement traduire et diffuser le livre dans d'autres langues que le néerlandais, ont d'ores et déjà renoncé à leurs projets.

© La Libre Belgique 2004