Entreprise

L'Université catholique de Louvain et la haute école «Groupe Ichec-Isc Saint-Louis-Isfsc» annoncent la création d'une association IAG-Ichec entre l'Institut d'administration et de gestion de l'UCL (IAG) et la branche économique de la haute école qui regroupe l'Ichec et l'Isc Saint- Louis (Ichec), en vue de la constitution d'une «école de gestion de taille critique à l'échelle européenne, garantissant aux étudiants une gamme de formations en gestion de qualité, sanctionnées par des diplômes reconnus internationalement». «Nous souhaitons donner le plus rapidement possible à cette association une structure propre», nous déclare Marcel Crochet, recteur de l'UCL qui précise que celle-ci vise «à rapprocher, coordonner et unir les forces des deux maisons en matière d'enseignement et de recherche».

Une fusion? «Nous nous refusons pour le moment à utiliser ce terme», souligne le recteur. «Notre initiative peut se comparer à ce stade au rapprochement entre HEC-Liège et l'Ulg. Nous voulons en parler ouvertement et non agir en catimini. Notre objectif est d'être opérationnel à la rentrée de septembre 2004.»

Une concurrence face à Solvay business school qui vient de fêter son centenaire? «Il y a de cela», reconnaît le recteur qui n'exclut pas que «des accords soient trouvés également avec l'ULB». Et qui conclut: «Nous sommes enchantés de cette ouverture. Nous nous voulons résolument à l'écoute de l'entreprise.»

Dans l'esprit de Bologne

«Cette association s'est faite sous l'impulsion d'Etienne Davignon, président du conseil de l'Ichec, dans la perspective de l'harmonisation européenne des diplômes (accords de Bologne) et de la recomposition du paysage de l'enseignement supérieur en Communauté française», précise pour sa part Christian Ost, recteur de l'Ichec.

L'association couvre un ensemble de près de 4000 étudiants (ingénieur de gestion, ingénieur commercial, licence et maîtrise en sciences de gestion, licence en sciences commerciales, licence en informatique, DEC, DES, DEA et DESS, etc.) Un premier cycle de même nature sera organisé sur les sites de Louvain-la-Neuve et Bruxelles, tandis que les deuxième et troisième cycles seront répartis entre ces sites.

La mise en oeuvre du projet sera réalisée «en joignant les forces en matière de personnel académique et scientifique, en développant une mobilité des enseignants et en mettant en commun des ressources et parties de programmes», est-il précisé. Ne risque-t-on pas des doubles emplois? «Nous tenterons de les éviter», assure le recteur Crochet.

© La Libre Belgique 2003