Entreprise Le carnet de commandes de l’entreprise, basée à Louvain-la-Neuve, est bien rempli.

C’est une très bonne nouvelle sur le front de l’emploi qui a été annoncée vendredi : la société IBA (Ion Beam Applications), le premier fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer, a annoncé son intenti on de recruter 400 nouveaux collaborateurs dans le courant de cette année.

La société, basée à Louvain-la-Neuve et qui emploie plus de 1 200 personnes à travers le monde, lancera sous peu une campagne de recrutement internationale. Les profils recherchés ? Principalement des ingénieurs et des techniciens qualifiés en charge de l’installation et de la maintenance des systèmes de protonthérapie. "Ce sont des profils qui ne sont pas faciles à trouver sur le marché belge car nous sommes très exigeants. Mais IBA est une entreprise très attractive où les ingénieurs ont la possibilité de marier les technologies de pointe avec un aspect humain, à savoir sauver des vies au travers de la lutte contre le cancer", nous explique Frédéric Nolf, responsable des ressources humaines.

La moitié des futurs engagés seront basés à Louvain-la-Neuve, l’autre moitié sera répartie sur les zones géographiques de l’Europe, des Etats-Unis et de l’Asie. Il faut dire qu’IBA connaît une très forte croissance de ses activités. Le marché de la protonthérapie est en pleine explosion. "Alors que la protonthérapie ne représente aujourd’hui qu’un pourcent des traitements en radiothérapie, des études démontrent que plus de 17 % des patients soignés en radiothérapie auraient un avantage à être traité par protonthérapie", rappelait d’ailleurs IBA vendredi.

Un marché en croissance

Le carnet de commandes de l’entreprise (NdlR: plus de 300 millions à la fin août 2015) s’est considérablement étoffé au travers de prometteurs contrats commerciaux pour ces systèmes de protonthérapie. "Ce marché connaît une forte croissance au niveau mondial. Nous avons connu un boom de nos commandes en Asie, au Japon ou en Chine notamment (NdlR : IBA dispose d’un bureau à Pékin) mais également en Europe où nous avons pas mal de projets, notamment en Angleterre et aux Pays-Bas", ajoute Frédéric Nolf.

Cotée sur Euronext, IBA, que certains surnomment la "spin off la plus lucrative de l’UCL", publiera en mars ses résultats pour l’ensemble de l’année 2015. En 2014, le groupe avait affiché un chiffre d’affaires de 220,6 millions d’euros (+3,8 %). La croissance annuelle pourrait se chiffrer entre 15 et 20 %V. S.