Entreprise

L'héritier du géant sud-coréen Samsung a été arrêté vendredi dans le cadre d'une enquête pour corruption et trafic d'influence qui a mené à la destitution de la présidente du pays, Park Geun-Hye, a annoncé la justice sud-coréenne. Un juge a émis un mandat d'arrêt à l'encontre de Lee Jae-Yong, soupçonné de corruption et de détournement de fonds. 

"Il est avéré qu'il est nécessaire d'arrêter (Lee Jae-Yong), à la lumière d'une nouvelle charge et de nouvelles preuves", a indiqué un porte-parole du tribunal. Les enquêteurs avaient demandé mardi l'arrestation du vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe parce qu'il aurait soudoyé l'amie de Mme Park, Choi Soon-Sil, à hauteur de plus de 36 millions de dollars.

M. Lee aurait notamment chargé les dirigeants de Samsung de financer des organisations douteuses gérées par la confidente de la présidente Park. Il aurait reçu en échange des faveurs politique et professionnelle.

Les enquêteurs avaient déjà demandé il y a un mois l'arrestation de celui qui est devenu le patron de facto du premier conglomérat sud-coréen après la crise cardiaque de son père en 2014. La justice avait alors refusé de délivrer le mandat d'arrêt, estimant que les preuves n'étaient pas suffisamment solides.