Entreprise

Annoncé en janvier 2011 lors du Salon de l’auto de Bruxelles, le retour de la marque belge Imperia se précise. La phase de pré-industrialisation est en cours et les 5 premières voitures devraient être livrées au cours du second semestre de cette année, peut-on lire sur le blog "En voiture Simone!".

Fleuron de l’industrie automobile wallonne et liégeoise de l’entre-deux-guerres, la marque automobile Imperia s’apprête à faire son retour sur les routes. A la base de ce projet figure "Green Propulsion", Spin Off de l’Université de Liège devenu un spécialiste indépendant en motorisations toujours plus propres. La maquette présentée, il y a deux ans, au Salon de Bruxelles, a pris corps, des partenariats financiers sont en cours de finalisation et, après divers essais, la version presque définitive de l’Imperia GP a été dévoilée en janvier à Bruxelles.

A travers ce coupé 2 places découvrable, le rappel au passé glorieux est évident: carrosserie néo-rétro, calandre imposante, ailes allongées, arrière arrondi et habitacle lui aussi d’époque. La voiture aurait eu sa place dans un salon automobile des années 30.

Au-delà des lignes originales, Green Propulsion a surtout donné sa patte à une motorisation hybride cadrant avec ses objectifs: "si les performances sont celles d’une Porsche, souligne Yves Toussaint à la tête de cette PME, consommations et rejets de polluants s’inspirent plutôt de la Smart".

En pratique, le moteur essence 1.6 turbo développé par BMW et PSA Peugeot Citroën (200 ch) est associé à un moteur électrique de 150 ch pour atteindre la puissance totale de 350 ch. De quoi permettre à ce coupé de passer de 0 à 100 km/h en 4 secondes. Plus que la puissance, c’est la concept hybride rechargeable (Plug in) qui interpelle. Le conducteur a le choix entre le tout électrique (avec une autonomie de 60 km) ou le fonctionnement hybride entre moteurs essence ou électrique qui permet d’augmenter très sensiblement l’autonomie. Et grâce à diverses technologies dont la récupération d’énergie au freinage et en phase de décélération, la consommation conventionnelle n’atteint pas 2 litres aux 100 km, et le rejet de C02 est limité à 45 gr/km. La recharge complète de la batterie se fait en 4 heures sur une prise conventionnelle.

Quand verra-t-on les premières Imperia sur la route? "Nous sommes en phase de pré-industrialisation, explique Sacha Petrovic, directeur commercial. Nous attendons encore notre homologation en tant que constructeur et des négociations sont toujours en cours. Les cinq premiers exemplaires devraient être livrés au second semestre de cette année."

L’objectif est de produire d’ici à fin 2014 une première série de 50 versions de grand luxe au prix de 124.900 euros. Suivra un modèle un peu moins bien équipé à 94.490 euros.

Au-delà de la performance technologique, Imperia Automobiles est un bel exemple de redynamisation des métiers industriels wallons.