Entreprise

Infrabel, l'entreprise qui gère l'infrastructure ferroviaire, "ne comprend pas bien" la critique formulée mercredi par plusieurs associations sur ses chiffres de ponctualité des trains. 

"Notre méthode de mesure est fixée scientifiquement et fournit les seuls chiffres exactes de ponctualité", insiste jeudi un porte-parole. L'affirmation selon laquelle Infrabel ne communique que les statistiques globales en la matière n'est en outre par correcte, ajoute-t-il. Navetteurs.be, TreinTramBus, Test-Achats et Inter-Environnement Wallonie estimaient mercredi que les publications mensuelles de ponctualité de la SNCB et d'Infrabel ne correspondent pas au ressenti des voyageurs. Les quatre associations ont publié leur propre analyse, sur base des chiffres de ponctualité des 12 derniers mois récoltés par deux d'entre elles. Elles estiment notamment que la ponctualité reste "nettement insuffisante" aux heures de pointe.

"Nous publions chaque mois un rapport sur les chiffres de ponctualité. Et il ne s'y trouve pas que le chiffre global", insiste Infrabel. Le document contient entre autres des statistiques pondérées en la matière, où il est tenu compte du nombre de passagers, ainsi que les retards sur l'ensemble du trajet. "Mais ce sont les organisations de voyageurs, avec lesquelles nous nous retrouvons d'ailleurs tous les trois mois, qui relèvent les connexions à la carte", constate l'entreprise.

La société ferroviaire encourage dès lors ceux voulant se faire une meilleure idée des retards sur le rail à consulter les rapports mensuels publiés sur son site internet.