Entreprise

L'an passé, 761 personnes ont quitté ING Belux dans le cadre de la restructuration annoncée fin 2016, a indiqué la banque mercredi, à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels. 

Et le nombre de travailleurs suivant le même chemin augmentera dans les années à venir, 759 personnes de plus de 55 ans ayant déjà fait part de leur intention de demander un départ anticipé. La restructuration d'ING doit durer jusqu'en 2021, avec pour objectif de supprimer 3.150 emplois, soit le tiers des effectifs.

Dans ce cadre, les plus de 55 ans ont la possibilité de partir anticipativement, avec maintien d'une bonne partie de leur salaire. Quelque 1.500 travailleurs sont concernés par cette mesure. Parmi eux, 138 ont déjà quitté la société et 759 ont indiqué vouloir faire usage de cette possibilité avant la fin de 2021.

Par ailleurs, 448 travailleurs ont volontairement quitté ING l'an passé et 55 autres ont monté leur propre affaire, avec l'aide de la banque. Finalement, 120 salariés ont été licenciés et la banque a procédé à 272 engagements.

Parallèlement, quelque 5.000 collaborateurs ont été impliqués dans une procédure de redéploiement. Ceux qui ont postulé pour une fonction dans le nouveau business model de la banque ont eu un entretien et ont reçu un feedback avant le fin de l'année 2017.

Enfin, la réorganisation d'ING va également de pair avec une diminution du nombre d'agences même si le gros de cette opération aura lieu en 2018. Objectif avoué: réduire de moitié le nombre de bureaux d'ici 2021, à un maximum de 670, dont 450 sur base indépendante. Quant au réseau de Record Bank, il disparaîtra et ses clients seront intégrés à ING, le transfert des portefeuilles étant prévu entre avril et juin de cette année. A l'heure actuelle, 72 agents ont décidé de rejoindre ING en tant qu'agents indépendants et 125 ont opté pour un arrêt de leurs activités bancaires.