Entreprise

Que se passe-t-il réellement au sein de la compagnie aérienne Delsey Airlines (ex-VG Airlines) ? Personne ne le sait vraiment mais dans les milieux aéronautiques on fait état de graves difficultés financières. Certains bruits, particulièrement pessimistes, laissent même entendre que la nouvelle compagnie belge, créée par l'Anversois Freddy Van Gaever puis rachetée par Tony Gram (Delsey, Kipling,...) et qui relie Bruxelles à New York, Boston et Los Angeles, pourrait ne pas passer le cap de l'année 2002. Alors info ou intox? `Une seule personne connaît réellement l'état de santé de Delsey Airlines et c'est Tony Gram lui-même´, souligne un observateur du dossier. Et d'ajouter: `il semble que Tony Gram commence à trouver que l'aviation est pour lui un hobby plutôt coûteux. Tout dépendra de savoir jusqu'à quel moment il souhaitera soutenir l'entreprise´.

Depuis son démarrage en mai dernier, Delsey Airlines a perdu énormément d'argent. Combien? Impossible à dire, Tony Gram ne désirant pas s'étendre sur ce genre de questions. On s'en souvient, la nouvelle compagnie avait dû ronger son frein durant de longues semaines avant de pouvoir commercialiser ses billets faute d'obtenir toutes les autorisations nécessaires de l'Administration belge de l'Aéronautique. Résultat des courses: des taux de remplissage ridiculement bas sur les vols vers New York et Boston lors des premières semaines d'exploitation de la compagnie. Et visiblement, après ces débuts laborieux, les nuages restent nombreux au-dessus de Delsey Airlines qui affiche aujourd'hui des taux d'occupation qui tournent... autour de 25 à 30 pc. Dans un contexte peu porteur, la compagnie belge doit, par ailleurs, affronter sur la place de Bruxelles la concurrence directe de géants comme United Airlines et Continental dont les réseaux offrent davantage de possibilités aux passagers. Poursuivant une stratégie en solo, Delsey Airlines souffre également de ne pas avoir noué des accords commerciaux avec d'autres compagnies en dépit de tentatives d'approche vis-à-vis de SN Brussels Airlines. Cette dernière a finalement, on le sait, préféré s'allier avec American Airlines. Par ailleurs, il semblerait que Delsey Airlines ait presté un certain nombre d'heures de vol pour le compte de la compagnie charter néerlandaise Air Holland - aussi aux mains de Tony Gram - sans jamais avoir été payé.

Préparer la saison d'hiver

Officiellement, du côté de Delsey Airlines, on se veut néanmoins rassurant et l'on prépare activement la prochaine saison d'hiver. Un des trois avions de la flotte actuellement au sol devrait ainsi servir à l'ouverture de destinations sur un autre continent que les Etats-Unis. `Dans deux semaines, les agences de voyage américaines pourront émettre des billets Delsey Airlines. Dans la mesure où les Etats-Unis représentent pour nous un marché potentiel nettement plus important que la Belgique, le taux d'occupation devrait sensiblement augmenter. En novembre, notre objectif est d'atteindre un taux qui se situe entre 50 et 60 pc, ce qui devrait nous permettre d'atteindre l'équilibre financier´, explique Freddy Van Gaever, fondateur de la compagnie. `Ce serait mentir que de dire que la situation de Delsey Airlines n'est pas difficile. Mais je reste confiant d'autant que le management et le personnel ne ménagent pas ses efforts pour réussir´, explique Raymond Nicolaï, directeur des opérations. Un personnel (des ex-Sabéniens pour la plupart) contraint, vu les difficultés, de prendre une semaine de congé sans soldes durant le mois d'octobre et probablement en novembre.

© La Libre Belgique 2002