Entreprise

Le conseil d'administration du groupe énergétique français Engie a choisi mardi Jean-Pierre Clamadieu, actuel dirigeant du groupe belge de chimie Solvay, comme futur président pour succéder à Gérard Mestrallet, a indiqué Engie dans un communiqué. Cette nomination était largement attendue dans la mesure où M. Clamadieu avait obtenu le soutien de l'État, actionnaire à hauteur de 24,10% de l'ex GDF-Suez et comptant cinq représentants au conseil d'administration.

Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire l'avait reçu lundi avant de soutenir sa candidature. Le patron français devait être coopté comme administrateur avant que sa nomination comme président ne soit avalisée par l'assemblée générale des actionnaires d'Engie, le 18 mai.

Le choix de M. Clamadieu, âgé de 59 ans, met fin à des mois de feuilleton et de tensions au sein d'Engie pour la succession de Gérard Mestrallet, qui doit partir prochainement, atteint par la limite d'âge.

M. Clamadieu devra désormais cohabiter avec Isabelle Kocher, la directrice générale d'Engie, qui ambitionnait d'obtenir également la présidence pour devenir PDG.

Jean-Pierre Clamadieu est président du comité exécutif et administrateur de Solvay depuis mai 2012. Gérard Mestrallet a salué le choix de Jean-Pierre Clamadieu, "grand industriel, qui a transformé le groupe international de chimie Solvay", selon lui. M. Mestrallet a, de son côté, été nommé président d'honneur d'Engie, "en reconnaissance des 23 années qu'il a consacrées à la construction du groupe".

Le groupe Solvay espère, lui, boucler la succession de Jean-Pierre Clamadieu d'ici la fin de l'année. "Jean-Pierre Clamadieu continuera à assurer son rôle de dirigeant exécutif de Solvay et restera pleinement mobilisé sur la mise en œuvre des priorités stratégiques du groupe, tout en prenant ses fonctions non exécutives au sein du groupe Engie", a fait savoir le groupe chimique dans un communiqué diffusé mardi soir.