Entreprise

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) met une grande réforme de la Banque nationale de Belgique (BNB) sur la table du gouvernement et prévoit moins de mandats, plus de femmes et une baisse des salaires dans l'institution, rapportent L'Echo et De Tijd jeudi. La réforme de Van Overtveldt intervient à la suite des remous provoqués par le projet de nomination de Steven Vanackere (CD&V) comme directeur de la Banque nationale.

La réforme envisagée prévoit que le nombre de mandats soit nettement réduit. Ainsi, le Collège des censeurs (10 membres), qui fait office de comité d'audit, sera supprimé. Le Conseil de régence est démantelé. En son sein, ce conseil d'administration de la Banque nationale comprend six directeurs, qui seront maintenus, et dix régents. Il n'en subsistera que huit. Les nouveaux directeurs devront se soumettre à une audition au parlement avant d'être nommés. Le nombre de sous-directeurs - 26 actuellement - sera également réduit.

Le gouverneur - l'actuel gouverneur Jan Smets est admis à la retraite et sera remplacé par Pierre Wunsch - aura désormais la possibilité d'effectuer un maximum de deux mandats de cinq ans.

Il est aussi question de plus de femmes au sein des fonctions dirigeantes. Actuellement, contrairement à ce qui prévaut dans les entreprises cotées en bourse, le ministre des Finances ne peut contraindre l'institution à des quotas de genre. Johan Van Overtveldt souhaite qu'il y ait au minimum un tiers de femmes au sein du futur conseil de régence. Le président dudit comité devra impérativement être une femme si le gouverneur est un homme.

Les généreux salaires des membres de la direction seront analysés et comparés avec les rémunérations (plus faibles) qui ont cours dans les banques centrales des autres États membres de l'Union européenne.

La proposition de Van Overtveldt fera l'objet ce jeudi d'une première réunion inter-cabinets. Dès qu'un accord sera trouvé, elle sera soumise au gouvernement.

Pour le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover, interrogé jeudi matin sur la VRT-Radio, la proposition vise à sortir de la crispation autour de Steven Vanackere en élargissant le contexte.

Pour le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo, ces propositions vont dans la bonne direction. Le ministre libéral flamand demande toutefois que l'on examine comment féminiser le comité de direction de l'institution, au-delà du conseil de régence. Il insiste également sur la nécessité de revoir les émoluments du gouverneur qui dépassent ceux de son homologue à la banque centrale européenne.